Taro Izumi, dans son Palais de Tokyo.. à Paris

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Musée Galerie des Gobelins sauf mention / images : clic=zoom

 

Taro Izumi, le jeu perturbant de l’immobilisation,
au Palais de Tokyo jusqu’au 8 mai 2017

 

première exposition d’envergure en France de Taro Izumi (1976), un artiste d’avant-garde singulier.

 
Dès l’entrée vous vous heurtez à un mur de brique,

  Taro Izumi Palais de Tokyo art contemporain  

> mais en approchant vous constatez que c’est une vidéo où, parfois, furtivement, un reflet illumine une des briques : l’effet est perturbant -un premier thème cher à l’artiste- surtout lorsque vous apprenez qu’il a filmé une seule brique jour et nuit et en a composé ce mur d’illusion

"il y a au Japon une relation particulière entre l’individu et le nombre" précise le commissaire

 

ST (le-mur)
vidéo, 2016

 

"J’essaie d’immobiliser les éléments d’un monde en mouvement" affirme l’artiste [DP] ; c’est l’autre thème majeur de Taro Izumi qu’il matérialise dans plusieurs grandes installations ;

> démonstration : comment immobiliser une personne dans une position qui s’est révélée furtive et acrobatique, par exemple celle d’un sportif en pleine action ? par un invraisemblable, hallucinant amoncellement de chaises et supports improbables où se coule un assistant pas trop craintif ;

  Taro Izumi Palais de Tokyo art contemporain
 
Tickled-in-a-dream-maybe, installations, 2017

un paradoxe entre la légèreté de l’original (le sportif) et la lourde complexité du clone... vous restez ébahi devant ce fatras organisé

  Taro Izumi Palais de Tokyo art contemporain

> autre démonstration : lors du vernissage quelques dizaines de performeurs sont immobilisés dans leurs chaussures ou sur des socles, pris au piège dans l’immensité de l’énorme salle (des vidéos ensuite en témoigneront) ;

ces performeurs se distinguent à peine des visiteurs dans la semi-obscurité ; tout un monde qui se croise sans vraiment se voir, des vidéos agitent l’espace et une autre, au contraire, déroule un lent jeu de Go (où précisément l’objectif est d’immobiliser l’adversaire)

 

Worms can differenciate between
the laughter abd cries of locusts
(les vers peuvent distinguer
les rires des bruits des criquets)
ensemble d’installations in-situ, 2017
  Taro Izumi Palais de Tokyo art contemporain

 

Il y a du non-sens dans cette joyeuse pagaille orchestrée, car le détournement ludique est une autre caractéristique de l’artiste : "au Japon, des esprits vénérés de la nature ont un rôle farceur, parfois dangereux, qui se glissent dans les espaces familiers et affolent nos habitudes" conclut Jean de Loisy ; cqfd !

 

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au Palais de Tokyo
> le site de Taro Izumi

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection c’est à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

ne partez pas sans eux !

pas sans vos mots-croisés !

surtout pas sans les 80 grilles du journal Le Monde, par le célèbre Philippe Dupuis

avec les solutions en fin d’ouvrage

6 €, en vente... partout

 


 

en week-end près de Rouen ?

 

 au château de Saint-Crespin (ancien atelier de Bernard Buffet) : exposition des belles oeuvres lyriques de Brigitte Camus

vernissage le 14 juillet - entrée libre

 



 

les Mouvements dans la peinture

de la Renaissance à nos jours : analyse, illustration, histoire...
le best-seller de la collection chez Larousse
a un petit prix
 

les Mouvements dans la peinture

 

(les mouvements sur Almanart)


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :