styles, genres, mouvements d’art contemporain

 

les mouvements contemporains,
de 1941 à aujourd’hui

 

les manières de réaliser une oeuvre se sont souvent groupées par affinités de genres ou d’artistes, formant des "écoles", des genres (abstraction...), des styles (cubisme...), voire des mouvements influents de recherche (pictorialisme...) ou même engagés politiquement (figuration narrative...) ; panorama :

 

et pour les mouvements modernes avant 1940 : c’est ici

 

 

 

 


> jusqu’au 1er juiller 2017 ;
un catalogue est édité

 

à gauche DI3, mouvements linéaires, 1966
à droite trame stroboscopique verticale
(courtoisie Galerie Denise René)
clic=zoom
 

les genres illustrés par une exposition :

> Gruppo MID, cela vous parle-t-il ? non ? nous non plus, jusqu’à ce que la Galerie Denise René du Marais monte cette exposition originale, spectaculaire et ludique (vous vous surprenez en train de tourner tous les petits boutons), dans sa droite ligne artistique : l’art construit optique et cinétique des années 60
> ce groupe collectif de quatre (dont aucun ne signe par son nom) réunissait Antonio Barrese, Alfonso Grassi, Gianfranco Laminarca et Alberto Marangoni
> MID est une découverte historique avec une signification précise : Mouvement générateur de mutations, Images, Dimension multimédia, donc en avant-garde comme l’était GRAV en France à la même époque
> pour opérer une transformation de la perception visuelle, MID utilise le phénomène stroboscopique, souvent par rotation, parfois par translation ; comme c’est vous qui donnez manuellement une impulsion, vous pouvez créer des effets colorés très différents selon la vitesse de rotation (voir ici) ; toutes les pièces fonctionnent et sont parfaitement entretenues ou reconstituées récemment

Gruppo MID
> accueil d’Almanart

> voir aussi le glossaire !

> sommaire de comprendre

 

 

soit cliquez sur le genre :

abstraction lyrique . abstract expressionism . action painting . actionnisme viennois . affichistes . art & langage . art brut . arte povera . bad painting . baroque . bazooka . bmpt . body-art . calligraphie cinétique contemporaine . cobra . colorfield painting . combine painting . conceptuel . contemporain . dissidents russes . divisionnisme . écoles . espace . esthétique relationnelle . étoiles . expressionnisme abstrait . figuration libre . figuration narrative . fluxus . fresques murales . gothic . graffitisme . grav . gruppe normal . gutaï . hyperréalisme . informel . internationale situationniste . junk art . kitsch . land art . lettrisme . libre expression . madi . mémoires . minimalisme . naïfsnew wave . nouveau réalisme . nouvelle figuration . optical art . panique . pop art . post-painterly-abstraction . réalismes chinois . situ (in) . sots art . support-surface . trans-avant-garde . transversalistes . young british artists . et au XXIème siècle, quels mouvements ?

 

 

...soit lisez la chronologie verticalement :

...avant...

...voir les genres modernes 

 

expressionnisme abstrait (ou abstract expressionism")
(> 1942)

s’il vient beaucoup plus tard que le genre appelé expressionnisme, ce terme est ici emprunté à bon escient car il y a aussi une volonté d’exprimer les émotions par l’art, mais de manière abstraite.
L’expressionnisme abstrait désigne une série de mouvements abstraits (voir aussi post-painterly-abstraction) révélant l’émergence d’un art original américain, influencé aussi par les artistes européens ayant fuit le nazisme, c’est aussi au sortir de la guerre un élan de révolte ; ce mode d’expression s’est développé très vite, étant tôt soutenu par le MOMA de New York. (Kline, Gorky, Motherwell, Pollock, Rosenberg, Rothko, Diebenkorn, Joan Mitchell, Sam Francis, De Kooning...)
L’abstraction lyrique est très proche, au point qu’on peut les confondre pour la plupart de ces artistes, mais l’abstract expressionism est américain et l’abstraction lyrique française.

Voir aussi : comment voir un tableau abstrait ?

des images et plus d’info ?

 

> haut

lettrisme
(> 1946)

mouvement créé en 1945 par Isidore Isou Goldstein dans un esprit surréaliste, voulant transformer tous les domaines de l’art et de la société. Partant d’une poésie des sons, d’une "musique des lettres" et d’un cinéma tout aussi déstructuré, le mouvement eu aussi quelques aboutissements graphiques qui utilisèrent la lettre comme élément de base, ainsi que dans le domaine du livre d’artiste. Mais sans leader charismatique, comme ceux du surréalisme auquel ils prétendaient succéder, les quelques militants se distinguèrent plus par leur actions scandaleuses que par leur actes artistiques.

 

> haut

madi
(> 1946)

groupe créé autour de lui par l’argentin Carmelo Arden Quin, installé à Paris avec des artistes de différents pays et notamment hongrois, sous l’ascendance de Torrès-Garcia (voir Cercle et Carré), soutenant un style abstrait géométrique assez influencé par le cubisme mais non figuratif et dynamique (mouvement des plans...) ; ce style est un des multiples composants de l’abstraction géométrique.
Il dure toujours et voit de nombreux artistes contemporains dans le monde qui utilisent volontiers des matériaux récents qui captent la lumière, comme le plexiglas, le plastique (Ciro Pilone, René Ugarte, Salvator Presta, Mitsuko Mori, Vicenzo Mascia...)

 

> haut

art brut
(ou art modeste)
( > 1949)

ce terme inventé par Dubuffet en 1949 désigne des réalisations spontanées d’artistes souvent pshychopates (parfois internés) ou n’ayant ni formation artistique, ni introduction dans ce milieu (Adolf Wölfi, l’abbé Fouré, Fleury Joseph Crépin...) ; mais ce n’est pas un mouvement, mais un genre puisqu’il est intemporel. L’art brut ne peut s’apparenter à l’art naïf qui reste un art conventionnel, alors que les artistes bruts suivent une démarche intérieure et ne s’intéressent pas à vendre : voir notre page art brut.

Ne pas confondre avec l’emploi contemporain de matériaux simples de la vie courante ou de la nature, à l’instar de l’arte povera.

des images et plus d’info ?

 

> haut

cobra
(> 1950)

nom d’un groupe d’artistes de COpenhague, BRuxelles, Amsterdam (Hollande : KareI Appel, CorneiIIe ; Danemark : Asker Jorn ; Belgique : Dotremont, Noiret). Moins qu’un mouvement il s’agissait d’une contestation de l’influence de l’Ecole de Paris ; ce fut un organe actif et influent mais peu cohérent bien qu’un élément commun fut la pratique de l’écriture-peinture (s’y réfèrent aussi : Jacobsen, Rauchenberg, Alechinsky...)

 

> haut

abstraction
lyrique
(> années 50)

en terme général le terme désigne les artistes ayant une approche sensitive, spontanée, expressive, informelle : d’abord aux USA sous l’appellation expressionnisme abstrait : Kline, Motherwell, Rothko, Sam Francis, Joan Mitchell, Ehrenhalt... et en Europe sous cette appellation abstraction lyrique : Bram Van Velde, de Staël, Lanskoy, Mannessier, Estève, Gauthier, Bazaine, da Silva, Fautrier, Fontana, Bissière, Atlan, Hartung, Messagier, Hantaï, Zao Wou-Ki, Debré,...).

Voir aussi l’expressionnisme abstrait.

Voir aussi : comment voir un tableau abstrait ?

 

> haut

art informel
(> années 50)

désigne un style proche de l’abstraction lyrique mais s’éloignant encore plus de la forme (Wols, Fautrier, Hartung, Michaux, Fontana…

 

> haut

action painting
(> années 50)

peinture gestuelle spontanée développée par Pollock aux USA, puis venue en Europe (Mathieu, Hartung… puis les graffitistes...)

 

> haut

colorfield painting
(> années 50)

peinture composée de champs colorés, qui invitent à la méditation ; expression peu utilisée sauf aux USA (Rothko, Barnett Newman)

 

> haut

art cinétique 2ème période
(> années 50)

désigne l’expression du mouvement dans la représentation picturale ou sculpturale. Il y a eu deux périodes, peu liées : 
 - dans les années 20 (voir "1er art cinétique")
 - dans les années 50 : Vasarely, Herbin et Albers renouvelèrent l’idée, que reprirent de nombreux artistes contemporains de tous pays dans des variantes très diverses (Schöffer, Pol Bury, Tinguely, Takis, Calder, Agam...) ; puis certains y ajoutèrent des effets optiques : voir l’art optique.
Ces deux genres contigus auront été révélés en France par le travail continu de la galeriste Denise René

 

> haut

espace
(> 1951)

groupe fondé par André Bloc, architecte, auquel se rallierons des plasticiens sensibles à un art intégré dans l’espace réel (Jacobsen, Nemours, Schöffer, Vasarely...)

 

> haut

gutaï
(> 1954)

signifie "concret" ; mouvement japonais fondé par Yoshihara Jiro de 1954 à 1972 (son décès) ; il a utilisé des moyens avant-gardistes d’expression non narratives comme des installations, performances, gestuelle, etc, tout en recherchant un équilibre entre matière et esprit (Takesada...) ; mouvement isolé jusqu’à l’expo.Gutaï d’Osaka de 1960 qui l’a mis en relation avec les artistes américains d’avant-garde

 

> haut

pop art
(> 1955)

désigne l’art situé dans l’esprit « pop » (populaire) en vogue dans ces années aux USA (Andy Warhol, David Hockney, Allen Jones, Rauschenberg, Oldenburg, Rosenquist, Wesselmann, Jasper Johns, Dine, Lichenstein...) ; pour la première fois il a introduit dans l’art les objets de la grande consommation naissante et les paradigmes de cette civilisation urbaine.
Ce puissant mouvement s’est étendu en Grande-Bretagne (Paolozzi), en Allemagne (Polke) et toute l’Europe ; a même influencé l’art contemporain dans sa libération en Russie et en Chine

des images et plus d’info ? et les nouveaux pops déjantés

 

> haut

internationale situationniste
(> 1957)

mouvement d’avant-garde fondé par Guy Debord (écrivain et cinéaste français) et Asger Jorn (peintre danois aussi co-fondateurs de COBRA), d’influence révolutionnaire marxiste, désirant en finir avec le malheur historique issu des guerres mondiales ; a fortement influencé le monde de tous les arts lors de l’avénement de la société de consommation, mais pas longtemps (les artistes y sont exclus en 1962) du fait de ses utopies et ses dérives terroristes (bande à Bader, etc)

 

> haut

minimalisme
(> 1959)

mouvement abstrait né en Italie par Enrico Castellani, Piero Manzoni et Lucio Fontana et qui se développa en parallèle au groupe allemand Zéro et néerlandais Nul, puis dans les années 60 aux USA avec Ad Reinhardt, Frank Stella, Donald Judd, Carl Andre et Dan Flavin.

En fait ce genre hérite du principe « Less is more » posé par l’architecte Mies Van der Rohe et des recherches de Malevitch dès... 1914 avec ses Carrés

 

> haut

optical art
(> 1960)

mouvement lancé à New-York, rassemblant des artistes (Bridget Riley...) utilisant les caractéristiques de la perception rétinienne. Parallèlement en Europe, plusieurs artistes de l’art cinétique en Europe (Vasarely, Agam…) et en Amérique du Sud (Cruz-Diez, Soto, Le Parc …) ont joué sur des effets optiques ; certains font partie du G.R.A.V. (ci-dessous)

Dan Flavin éclaire le MAMVP

 

> haut

GRAV
(> 1960)

le Groupe de Recherche d’Art Visuel a été fondé à Paris par Morellet, Molnar, Le Parc, Garcia Rossi, Francisco Sobrino, Joel Stein et Yvaral, dans l’intention de sortir l’art des lieux institutionnels pour le mettre en contact avec la rue, notamment par des événements festifs et artistiques, l’invitation à toucher les oeuvres ou à s’y plonger (pour les oeuvres optiques ou architecturales)

 

> haut

nouveau
réalisme
(> 1960)

mouvement promu par le critique Pierre Restany, groupant à Paris des artistes s’appropriant des matériaux urbains usuels (ustensiles, affiches, ferrailles, néons, vêtements...) comme autant de supports artistiques à retravailler (César, Klein, Arman, Raysse, Tinguely, St-Phalle, Spoerri, Hains, Dufrêne, Rotella, de la Villeglé...), parfois en les mélangeant. 
Le même puissant mouvement aux USA n’a pas de dénomination particulière : on retrouve quelque uns de ses artistes sous les désignations Ecole de NewYork, abstraction américaine, junk artcombine painting, etc. Plusieurs sculpteurs américains ont eu la même démarche d’appropriation des objets et de l’environnement urbain sans qu’un nom particulier leur ait été attribué (Kienholz, Chamberlain, Lee Bontecu...)

des images et plus d’info ?

 

> haut

combine
painting
(> 1960)

appellation désigant l’assemblage, la « combinaison », de plusieurs matériaux voire même des objets pour construire une œuvre ; beaucoup d’artistes du nouveau réalisme ont utilisé cette technique : Rauschenberg a mélangé photos, peinture, gravure, objets sur un même support (allant jusqu’à y ajouter un coq empaillé), Raysse a combiné peinture et néon, Rebeyrolle a assemblé peinture et morceaux de bois ou de métal, etc

des images et plus d’info ?

 

> haut

libre
expression
(> 1960)

groupe d’artistes photographes rassemblés par Jean-Claude Gontrand, s’intéressant à l’usage de la photo comme moyen d’expression d’art plastique de la manière la plus libre mais située dans la réalité : des "constructivistes du réel" disait Restany

 

> haut

art conceptuel
(> années 60)

mouvement intellectuel au Canada et USA, parallèle au pop art mais en sens inverse, par détachement de la représentation réelle, mettant en avant les idées, le concept d’une oeuvre plutôt que sa réalisation et son support ; le concept peut être théorique (mathématique...), philosophique, politique ou poétique.
Il y a pas absence d’oeuvre, mais celle-ci n’est qu’un moyen d’exprimer l’idée ; dès lors elle peut être simple et ne pas se rattacher à un principe esthétique, bien que parfois, une oeuvre conceptuelle peut être belle par sa pureté.

Dans le courant contestataire des années 60 et 70, les artistes conceptuels (souvent organisés en collectifs) s’appuyent sur les modes de communication de masse pour atteindre le grand public ; mais leur démarche est souvent abscon, incompréhensible sans mode d’emploi... De plus ces travaux intellectuels sont difficiles à vendre, quand ils ne sont pas produits par un artiste très connu ; ainsi les collectifs d’artistes n’ont jamais subsisté à cette époque idéaliste.

Acteullement de nombreux artistes de tous pays s’y rattachent par certaines de leurs oeuvres (Bernar Venet, Sol Le Witt, Tapies, Soulage...).

des images et plus d’info ?

 

> haut

nouvelle figuration
(> années 60)

terme employé par le célèbre critique Gérald Gassiot-Talabot pour marquer l’évolution de la figuration face à l’abstraction, et qui englobait tout, c’est-à-dire rien de précis ; ce n’était pas un mouvement mais un constat général.
Remis hors du contexte de l’époque, "nouvelle figuration" ne veut rien dire.

 

> haut

post-painterly-abstraction
(> années 60)

mouvement américain qui veut réunir dans le même art peinture et sculpture, en constituant des tableaux-sculptures comprenant des à-plats de couleurs pures, des éléments en reliefs, etc (Ellswoth Kelly, Frank Stella, Albers, Morris Louis ...) ; il inclut le groupe Specific Objects

 

> haut

minimal art
(ou minimalisme)
(> années 60)

mouvement réactionnaire au pop art aux USA concernant surtout la sculpture, par des oeuvres intellectuelles, dépouillées, souvent de grande dimension, rappelant l’architecture urbaine américaine (Donald Judd, Sol Le Witt, Richard Serra, Carl André, Ryman, Flavin...)

des images et plus d’info ?

 

> haut

affichistes
(> années 60)

courant européen qui s’est servi ou a détourné des affiches publicitaires ; se rattache au nouveau réalisme (Dufrêne, Hains,de la Villeglé, Rotella, Aeschbacher...)

 

> haut

body-art
(> années 60)

désigne l’utilisation ou l’exploration du corps comme support artistique ; au départ par provocation ensuite par non conformisme ou en raison d’une psychologie particulière, quelques artistes sans lien entre eux utilise leur propre corps (ou ceux des autres) comme médium (Journiac, Gina Pane, Orlan, Natacha Lesueur, Gilbert & Georges...)

 

> haut

junk art
(> années 60)

désignation aux USA, de l’usage fait de différents rebus (junk) comme matériaux de sculpture (Rauschenberg, Chamberlain...) ou de tableaux-sculptures (Stella...), un peu comme les matériaux communs ou naturels de l’arte povera à la même époque en Europe ; à rapprocher aussi du nouveau réalisme à Paris

 

> haut

actionnisme
viennois
(> années 60)

terme qui vient de "action", qui désigne en art les performances ; les actionnistes viennois du début des années 60 utilisent leur corps ou celui d’autres de manière outrageante et violente, en parallèle à Fluxus (ci-dessous)

 

> haut

fluxus
(> 1961)

héritée de Dada, philosophie pluri-culturelle du "flux de la vie" créée aux USA par Georges Manciunas et Dick Higgins ; être fluxus est une attitude dissidente qui propose pour abolir le fossé entre l’art et la vie, de mélanger les modes de production artistique et les lieux d’intervention (pour les plasticiens : Cage, Beuys, Ben, Filliou, Vostel...) ; c’est un mouvement anarchique, complexe, à dimension variable et donc mal identifiable.
Il touche d’autres domaines que l’art plastique où son aspect ubuesque plait : on se réfère plus volontiers à ses aspects burlesques, à son humour, à ses jeux de mots puériles, qu’aux fondements théoriques du mouvement... Comme il perdure et est drôle, certains artistes s’y réfèrent sans même en connaître la philosophie... c’est leur Dada (sic)

Plus d’info ? et aussi cette expo qui le résume

 

> haut

panique
(> 1962)

mouvement artistique fondé en 1962 par Fernando Arrabal, Alejandro Jodorowsky, Olivier Olivier, Jacques Sternberg, Christian Zeimert, Michel Parré et Roland Topor ; Panique fait référence au dieu Pan, dieu grecque de la nature ; actionniste et provocateur, il veut se démarquer du surréalisme

 

> haut

figuration
narrative
(> 1964)

appellation groupant divers peintres vivant à Paris, racontant une histoire ou une chronologie d’événements, ou exprimant de manière narrative une situation quotidienne ou encore une contestation sociale, politique, ceci de façon toujours figurative et parfois proche de la BD ou du roman (Rancillac, Fromanger, Monory, Babou, Erro, Arroyo, Messac...). La fondation en 1964 fut à l’occasion de l’exposition Mythologies Quotidiennes à Paris où la plupart des "Narratifs" furent présents, l’appellation venant du critique Gassiot-Talabot.
 "J’ai introduit le climat du cinéma noir dans la peinture" remarquait Monory ; Fromanger lui, a sorti en 2002 une splendide série sur le polar (jaune et noire) ; Erro a rendu hommage à Wald Disney en 2003 !
Ce mouvement fondamental a vécu des circonstances malheureuses qui l’ont occulté longtemps ; il revient fort désormais.

des images et plus d’info ?

 

> haut

hyperréalisme
(> 1965)

mouvement pictural US, appelé aussi "superrealism", montrant le monde matériel de manière plus que réelle, quasiment photographique mais avec des accentuations comme par exemple l’absence de profondeur de champ, pour accentuer son aspect idéal (Chuck Close, Richard Estes, David Kessler, Malcom Morley...) ; c’était une façon aussi de s’opposer au pop devenu envahissant ; ce mouvement s’est arrêté vers 75

des images et plus d’info ?

 

> haut

b.m.p.t. 
(> 1966)

les peintres fondateurs Buren, Mosset, Toroni et Parmentier, conceptuels et minimalistes, ont cherché à nier la peinture par la peinture, par divers procédés : répétition de motifs (alignements, ronds, ligne unique ...) sur toutes sortes de supports (tableaux, murs, bâches ...), ceci dans presque toutes leurs o

> haut

art & langage 
(> 1966)

concept créé par des artistes américains et anglais, au sein de l’art conceptuel, où le langage est un simple matériau vidé de son sens (Baldwin, Ramsden...)

 

> haut

arte povera
(> 1967)

mouvement italien qui a eu une approche réductionniste des moyens d’expression, allant vers la pureté, utilisant des matériaux ordinaires et naturels (terre, plomb, papier, bois...) plutôt que nobles et traditionnels (bronze, marbre...), ainsi que des objets courants, en sculpture comme en installation (Luciano Favro, Mario Merz, Pistoletto, Boetti, Penone, Kounellis...) ; il s’agit d’un parti réfléchi, au contraire de l’art brut qui est un acte spontané

des images et plus d’info ?

 

> haut

land art
(> 1969)

mouvement né aux USA par des artistes opérant dans et avec la nature ; les œuvres sont parfois éphémères et mémorisées par photo ou film (Denis Oppenheim, Smithson, Heizer, Cristo…)

exemples et images (en attente, merci)

festin de land-art à Chaumont

 

> haut

support-
-surface
(> 1969)

groupe d’artistes français qui se sont rapprochés par leurs travaux donnant une importance primordiale aux composants matériels de leurs oeuvres, y compris leurs supports (Viallat, Dezeuze, Pagès, Saytour, Valensi puis Arnal, Pincemin, Cane ...)

plus d’info ?

 

> haut

bad painting
(1978)

mouvement US réagissant au « bon goût » en prônant le retour à l’image par un style instinctif, rapide, bâclé, qui s’exprimait au départ dans les rues, les lieux industriels et dans la culture marginale et populaire ; le terme est apparu dans une exposition de Niel Jenney en 1978 (Schnabel, Basquiat...).
Cette manière de peindre inspire des artistes contemporains essentiellement allemands qui cherchent à obtenir ainsi une sorte de romantisme populaire ; ils prolongent la culture expressionniste allemande qui en fut une première manifestation ; des post-expressionistes comme Baselitz ou Penck ; on peut aussi le trouver en sculpture, avec Balkenhol

 

> haut

sots art
(1974)

principal mouvement d’art dissident russe de l’époque soviétique, basé sur la dérision et puisant de son inspiration dans un mélange de pop art américain et de propagande communiste, mlâtiné d’un humour ravageur ; fondé en 1973 par Vitaly Komar et Alexandre Melamid, d’abord réunis sous l’appellation K&M, puis Kom-Art avant Sots-Art ; a fait l’objet d’une exposition extraordinaire à la Maison Rouge en 2006 (lien ci-dessous)

des images et beaucoup plus d’info ?

 

> haut

Bazooka
(1974)

groupe engagé venant des ateliers graphiques des Beaux-arts de Paris, publiant de nombreuses fanzines, BD et revues marginales provocantes comme Actuel, Bien dégagé autour des oreilles, Activité sexuelle normale, Bulletin périodique, et participant à L’Écho des savanes, Métal hurlant, Hara-Kiri, etc et même Libération ; avec des pseudos humoirstiques décalés, le groupe est mené par Christian Chapiron (Kiki Picasso), avec Jean-Louis Dupré (Loulou Picasso), Olivia Clavel (Electric Clito), Lulu Larsen, Bernard Vidal (Bananar) et Jean Rouzaud ; il décline vers 1978

des images et plus d’info ?

 

> haut

trans-
avant-garde
(1979)

réaction italienne à l’abstraction qui cherche à renouveller la figuration dans une totale liberté laissée à la peinture (Clemente, Cia, Paladino, Cucchi...) ; s’internationalisera ensuite

des images et plus d’info ?

 

> haut

gruppe normal
(1979)

groupe formé par Peter Angermann, Janvier Knap et Milan Kunc, ex-étudiants de l’Académie de Düsseldorf Art en 1970, où ils ont rencontré Joseph Beuys et Gerhard Richter ; mais les tensions furent grandes entre les 3 fondateurs et ces derniers : devant les audaces du Kunc, Richter lui conseille de faire fortune dans la pub et Beuys suggère d’interdire ses photos... On ne rigole pas, à Düsseldorf !

 

> haut

graffitistes
(> fin 70’s),
fresques
murales

désignation d’artistes graphistes utilisant l’environnement urbain pour s’exprimer, sur tout support : mobiliers, murs, trottoirs, véhicules ; la source fut à Philadelphy puis New-York dans les années 70 avec les tags puis les fresques dans les années 80, tradition de la qui remonte à l’antiquité ; leur technique de base est le pochoir et la bombe, puis par la baisse des coûts d’impression, les affiches, le papier découpé-collé, les stickers (autocollants).
Cet art s’est aujourd’hui généralisé sur la planète, au sein d’une culture urbaine transversale comprenant la musique, la danse (hip-hop…), le sport (skate, board, surf). De plus en plus d’artistes accèdent aux galeries et aux expositions, ou coopèrent avec des publicistes.
Voir aussi post-graffitisme.

des images et plus d’info ? et

 

> haut

kitsch
(> 1980)

le genre kitsch s’est situé, au début du 20è, hors du domaine de l’art (Le Petit Robert, Histoire de la Langue Française : « s’applique à ce qui relève du mauvais goût provocateur »).
A notre époque débridée, il est entré dans l’art par la grande porte, grâce à quelques artistes jouant sur l’humour complaisamment provocateur, en sculpture, peinture ou video (Flannagan, Pierre & Gilles, Jeff Wall, Jeff Kons, Paul Mc Carty...)

 

> haut

réalismes chinois
étoiles
(> 1980)

si au temps de Mao le réalisme chinois était socialiste, l’ouverture engagée par Deng Xiaoping dans les années 1980 favorisa un réalisme critique (tout de même policé sur le plan politique) avec des mouvements internes comme le Xiamen Dada et le Political Pop Art, influencés par l’occident. Le Groupe Etoiles (Xing Xing) est un des premiers à être créé (1979-80) par Wang Keping et Ma Desheng (Huang Rui, Li Shuang, Zhong Acheng, Ai Weiwei...).
Au printemps 1989 éclate la manifestation contestaire de la place Tienanmen, qui favorise le réalisme cynique (Yue Minjun,...)

 

> haut

figuration
libre
(> 1981)

créé par l’artiste Ben et ses compagnons niçois Combas et Hervé Di Rosa, ce mouvement est revenu vers une culture populaire spontanée et en harmonie avec son environnement ; ce mouvement est très inspiré par la publicité, le rock, la BD, le graffiti, etc (Boisrond, Biais, Blanchard...)

des images et plus d’info ?

 

> haut

dissidents
russes
(> 1985)

artistes russes, appartenant souvent au Groupe de Moscou, qui ont tenté d’échapper au réalisme socialiste soviétique et qui sont apparus à l’occident lors de la liquéfaction du régime communiste (Boulatov, Kabakov, Wassiliev…)

 

> haut

85-new wave
art
(> 1985)

appellation liée à l’émergence enfin visible d’artistes issus d’une Chine libérée de la révolution culturelle et bénéficiant de la nouvelle politique dite de la « porte ouverte » (Zhang Xiaogang, Chen Wenbo…)

 

> haut

transversa-
listes russes
(> 1990)

dénomination d’artistes contemporains d’une 2ème génération post-communiste qui, ayant dépassé la critique de l’ancien régime, s’approprient à leur façon les objets-symboles et les stars d’une société culturelle consumériste qui va, d’un mouvement transverse, d’ouest en est ; il en résulte un style mélangeant la culture occidentale et la russe, dans une sorte de figuration narrative néo-pop (Vinogradov et Dubossarsky, Koshlyazkov, Savadov...)

 

> haut

post-graffitisme
(> 1990)

parfois on distingue par ce terme les nouvelles tendances techniques du graffitisme : au lieu de créer leurs oeuvres directement sur les murs, les artistes utilisent d’abord la palette graphique de l’ordinateur puis "printent" (ou sérigraphient) leurs oeuvres multiples qu’ils collent ensuite sur les murs

 

> haut

young british artists
(> 1992)

ou "YBA" : réunion de jeunes artistes anglais, souvent de style voyant ou provocateur, qui a pour origine le talent du marchand et communiquant Charles Saatchi qui les a placés au devant de la scène internationale (Damien Hisrt, Tracey Emin, les frères Chapman, Sarah Lucas, Rachel Witheread...) ; une grosse opération de marketing artistique à portée internationale, qui a parfaitement réussi avec (heureusement...) des artistes tout de même intéressants

 

> haut

esthétique relationnelle
ou art relationnel
(> 1998)

théorie esthétique posée par Nicolas Bourriaud dans la revue Documents sur l’Art qu’il avait cofondée en 1992.
Cette théorie classe les oeuvres d’art selon les relations inter-humaines qu’elles représentent ou suscitent ; basée sur la transitivité, elle met en avant l’espace-temps de l’échange et non la production d’un objet qui, alors, peut ne pas exister ! Ndlr : très pratique pour les artistes ayant des idées mais incapables de les concrétiser, mais fâcheux pour les collectionneurs... 

Cette approche bien de notre époque gaucho-participative, met en avant le "lien social" entre l’artiste et le spectateur appelé à réagir voire intervenir dans "l’oeuvre" ; "oeuvre" entre guillemets puisqu’on considère que reste "art" ce qui délaisse l’objet pour l’évènement, même sans laisser de trace comme le ferait une performance filmée ; alors la frontière entre art et divertissement, cirque ou fumisterie devient perméable,une porte ouverte à tout charlatan qui commet un événement populiste pour le déclarer artistique...

 

> haut

mémoires
(> 1999)

groupement ouvert d’artistes, fondé par Kleinmann et Hastaire, s’intéressant au thème de la mémoire sous toutes ses formes : collective, personnelle, archéologique... (Vaughn-James, Kuper, Zaborov...)

 

> haut

et ensuite ?
(> 2000)

et au XXIème siècle, que se passe-t-il, quels nouveaux mouvements ?

Rien, ou presque... en fin du XXè et XXIè l’art semble parti un peu dans tous les sens et l’on manque de nouveaux repères dans ce nuage ; on manque aussi de recul pour affirmer que telle ou telle tendance peut constituer un genre ; enfin, les mouvements ont presque toujours été issus de réunions d’artistes, or actuellement l’époque est plus individualiste et perturbée par le marketing et la finance. Observons que les seuls mouvements d’art existants, timidement ou se prétendant tels, viennent des pays ex-émergeants (pays de l’Est et de l’Asie) où l’art a encore à prendre des prises de positions politiques, sociales ou historiques.

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

l’art au vert :

partez en week-end arty !

voir nos suggestions

 

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :