l’art qui rit en 2014

 

  > sommaire de l’humour

> accueil d’Almanart

> vous aimez deviner ?


en ces pages d’humour l’ordre chrono est inversé / images : clic=zoom lorsque possible

 

 

 

décembre sent l’humus

 

 

> C215 se fait joyeusement moqueur, dans sa belle et épique interprétation de la Douce France, à la Mairie du 13è jusqu’au 28 janvier 2015 :

 

 

l’immortel Reiser y a laissé son slip...

 

... et Marcel Duchamp est remis à sa place !
(courtoisies Galerie Itinerrance)

 

> mieux que l’art, le football semble être une lessiveuse grand format et ses "artistes" des fric-makers protégés par le fisc ;
il semble que le foot soit aussi pourri de l’intérieur : selon l’AMA Newsletter du 4 décembre, la dernière sent l’humus bien avancé : "Sunday Times, dénonce des allégations de corruption faites à l’encontre de la FIFA ; des officiels russes auraient offert des oeuvres d’art à certains membres en remerciement du soutien à la campagne russe pour la Coupe du Monde 2018...

  fifa football 2014

 

que ferait novembre sans eux ?

 

  Glen Baxter  

> que deviendrait le froid de novembre sans l’humour distingué et tout aussi glacé de Glen Baxter, qui réchauffe la Galerie de la Châtre

> typically old british humour : les dessins absurdes old fashion du Colonel Baxter (un nom qui semble sorti de chez Black & Mortimer) s’accompagnent d’un dialogue d’autant plus décalé qu’il est émis le plus sérieusement possible par des personnages fats et pontifiants ; le résultat est dé-li-cieux

 

Glen Baxter, ST (Plan de vol...) 2013, encre et crayons,
35x25 (courtoisie Galerie de la Châtre)

 

  Emmanuelle Lainé  

> que deviendrait cette rubrique Humour sans la Fondation Ricard ? ce Plaisir face au Crime Parfait est une installation bien nommée de Emmanuelle Lainé qui devrait toucher les parents d’ados : n’y voient-ils pas une reconstitution de sa chambre ?

> cette "oeuvre" est qualifiée du plus important projet jamais monté (ou plutôt : démonté) par "l’artiste" qui y a mobilisé toutes les ressources de la Fondation ! elle aurait pu s’adresser à Emmaüs... le tout agrémenté d’un texte boufi de la "commissaire"

Emmanuelle Lainé, Crime parfait, 2014
(courtoisie Fondation Ricard)

 

 

l’octobre des pigeons

 

> savez-vous qui est ce joli couple de pigeon(ne)s qui roucoulent à chaque Fiac et lors de nombreuses manifestations d’art contemporain, offrant leur bonne humeur sous forme d’une performance ?

> vous devriez, il est très connu ; si ces artistes composent leurs personnages, ils exposent, aussi

Eva & Adele, Fiac 2014
Eva & Adel  

> le pigeon de la place Vendôme est Paul Mc Carty ! habitué de la provocation scato, fouteur de m... professionnel, déposant ses étrons (en plastique) dans les expositions mais faisant sa fortune sur cette société qu’il dénonce, il a trouvé plus destructeur que lui :
son oeuvre géante gonflable qui évoque plus un godemiché (un plug-anal) qu’un sapin de Noël, a été vandalisé... geste regrettable certes mais pas vraiment déplacé au vu de sa mocheté pire qu’un nain de jardin...

> pour une foi que c’est Mac Carty qui l’a dans le c...

Paul Mc Carty, Tree, 2014
  John Baldessari Your Name in Lights

 

> les chasseurs de tags n’aiment pas les pigeons ! à Clacton-on-sea (nord de Londres) la municipalité les a dare-dare effacés du mur en front de mer ; il faut dire que ceux-là ne sont pas très sympathiques, brandissant écriteaux "migrants inopportuns", "retourne en Afrique", touche pas à nos vers" face à un petit migrateur épuisé

> mais l’autorité s’est fait pigeonner : la fresque était de... Banksy !

Banksy, pigeons, 2014
  John Baldessari Your Name in Lights

 

septembre démago

 

démagogie et art, ça vient de sortir ! il faut bien remplir les caisses... :

 

> la Pinacothèque prend position pour le Kamasutra, histoire de faire le plein (de sous, esprit mal placé)

en fait l’exposition était très didactique, montrant comment l’acte physique -partie minoritaire- s’insère dans une philosophie globale morale et intellectuelle

 

 

Kamasutra, les 84 Asana (positions),
Ecole de Nathdwara, fin18eme, aquarelle, 91x61
(courtoisie Pinacothèque)
  kamasutra 84 Asana positions

> l’expo Duchamp du Centre Pompidou ne porte pas du tout sur le côté dada du personnage car elle s’arrête pratiquement en 1915, sur le Grand Verre ; n’empêche : l’affiche montre la fameuse LHOOQ, qui n’a rien à y voir mais ça attire l’oeil goguenard !

 

<< lors de la présentation presse, on a vu des groopies en état de vénération ; il faut dire que l’artiste était un obsédé du c..., pardon, de l’érotisme

 

l’article d’Almanart s’est concentré sur le fameux Nu descendant un escalier ; et là : scoop ! découverte d’une 3ème version que nous révélons à nos fidèles et joyeux lecteurs >>

 

> pour la réouverture de la Monnaie de Paris, John Baldessari vous fait pipole : vous serez célèbre quelques secondes sur son énorme panneau lumineux placé sur le toit, comment ? inscrivez votre nom sur le site monnaiedeparis.fr pour le voir ensuite scintiller sur la Seine !

Mais derrière cet appel démago au peuple il n’y a pas que la pub pour la réouverture : le formulaire vous oblige à saisir votre adresse mel... et hop, 100’000 adresses collectées et autant de clics !

John Baldessari, Your Name in Lights, 2014,
in-situ (courtoisie Monnaie de Paris)
  John Baldessari Your Name in Lights

 

 

juillet-août partent en fumée...

 

  Stefan Bruggemann  

> à Londres l’artiste Stefan Bruggemann "installe" ses oeuvres sur un mur (autorisé) du chic quartier de South Kensington ; las, quelques coincés du bulbe lui font procès pour... publicité !
Mais dans le texte même (qui constitue une de ses oeuvres) l’artiste a prévu son déménagement, et dans une autre : "This work is realised when it is destroyed." ; alors...

Text installation/ easily removable
2001, Font Arial Black // Black Lettrage vinyle

 

> qui donc, en fouinant sur le web, n’est pas tombé sur une "erreur 404" (= la page demandée n’existe pas) ? (ah, ces informaticiens, quels poètes !)
Et bien, même une galerie s’y est mise : la Gallery.art404.com veut exposer en ligne, mais vous tombez sur un message vous demandant d’utiliser un logiciel que presque personne n’a... cherchez l’erreur...

 

  Florentijn Hofman  

> " près de la rivière, si vous voyez un canard jaune de 18 mètres de haut, contactez-nous !" lance la radio de Guiyang en Chine... car le canard a dérivé... pour éviter de se faire laqué ? pour rejoindre la jolie canard rose, symbole (entre autres...) d’humour chez Almanart (en haut à gauche) ?
Figurez-vous que cette "oeuvre" fumeuse, digne des nains de jardin aquatique, fait le tour du monde depuis 2007 pour représenter l’unité des peuples... ça vous en bouche un coin-coin !

The Rubber Duck de Florentijn Hofman (courtoisie AMA Agency 162 24/07/14)

 

> dans un nuage de fumée, la fusée quitte la base JP Aerospace à Sacramento... un nième satelite pour polluer l’espace ? mais non, mauvaise langue : un lancé de bouquet de fleurs (un bonzaï de cinquante ans), par l’artiste Azuma Makoto qui, 30 km et 1h40 après, risqua de le prendre sur la figure : Banzaï !

 

Exobiotanica project
(courtoisie Azuma Makoto)
  Azuma Makoto

 

   

> la fumeuse équipe de France revient du Brésil comme vous voyez : déculottée !

 

une oeuvre prémonitoire de Pierre et Gilles datant de 2006 ?

elle a été présentée au Musée d’Orsay,
exposition Masculin/masculin en 2013
(courtoisie Gal.de Noirmont)

<< clic = article et images de Masculin/masculin à voir sur le site Organik-case

 

> Oscar Mugnoz a inventé un langage plastique original pour exprimer la précarité : poussière de charbon sur papier en milieu aquatique, etc.
Mieux : il réussit à rentabiliser ses clops ! cette oeuvre "Intervalles, pendant que je respire" (sic) est dessinée avec une cigarette : "la braise donne naissance à l’image, mais en insufflant un peu de mort au corps qui l’aspire" [DP]... de l’humour noir, métaphore de l’intervalle bref entre vie et mort

 

Oscar Mugnoz, Intervalles, pendant que je respire, 2004
expo 2014 Jeu de Paume (courtoisie)
  Oscar Munoz Oscar Mugnoz

 

en juin, on regarde l’Etat du ciel...

 

> ...non pas de peur qu’il nous tombe sur la tête, au souvenir des trombes d’eau de mai, mais pour se risquer sans parapluie au Palais de Tokyo où des artistes déchaînent la foudre, dans la section "Attention à la chute" :

Willy Kautz

Willy Kautz, IL HOOQ, 2013, drawing, painting, animation 37’sec by Crec Maniak
(courtoisie PdT)

 - Willy Kautz s’élance depuis un nuage pour atterrir sur le dos d’Yves Klein, qui hésitait encore sauter de son fameux mur de peur de se casser la gueule... grâce à quoi il a réalisé"Saut dans le vide"son célèbre faux happening
 - Urs Lüthi, lui, ploie sous la culture car : "chaque artiste est un haltérophile qui doit soulever la masse démesurée de l’art qui le précède, pour trouver sa place" ; dans cette pile de livres figure celui de Klein, poids lourd de l’art.
Mais que feraient donc les artistes actuels sans l’héritage de leurs grands-pères ?

  Urs Lüthi
Urs Lüthi, Selfportait, série Art is better life, 2002

 

  Greg Curnoe  

> au Canada aussi, dans les 70’s, les artistes étaient dans les nuages d’une certaine vapeur nocive... notamment dans le mouvement conceptuel né là-bas et qui s’est heurté à l’immensité du pays et à la concurrence yankee ; ce que montre la 2è partie de l’excellente exposition Get Hold of this Space au Centre Culturel du Canada à Paris

Greg Curnoe trouve la solution : hop, partis en fumée les Ricains !

 

Greg Curnoe, Map of north America, 1972, encre
(courtoisie Dalhousie Gall.Halifax)

 

> dans les sixties les Nouveaux Réalistes détournent de vieux objets pour dénigrer la vilaine société de consommation ; au contraire Martial Raysse, lui, est dans son nuage de bonheur : ses oeuvres optimistes chantent la vie légère : la plage, l’été, les femmes...
Alors il fuit les ustensiles usagés car "je suis docteur ès matières ; l’art actuel spécule sur l’instinct de conservation, l’attendrissement au pourrissement cellulaire ; seul le neuf est aseptisé" !
Depuis il est un des artistes français les plus chers... la brocante n’a jamais enrichi son homme !

Martial Raysse : Raysse-Beach, installation, 1962, 244x122
rétrospective 2014, Centre Pompidou (courtoisie)
 

 

 

en mai, personne ne bosse dans ce pays...

 

> donc, rien à dire ni à sourire ; oui, c’est lamentable... "aux larmes, citoyens" comme dit Philippe Bouvard !

 

 

 

 

avril se découvre d’un fil

 

   

> le fil conducteur : de l’annonce à la réalisation !

les artistes des rues ne savent plus quoi faire pour être remarqués, ceux-ci jouent dans la catégorie Sports

des artistes ou des va-nu-pieds ?

 

 

 

> mardi 1er avril 2014 tombe cette dépêche de l’AFP* : scoop, remaniement ministériel :
le 1er ministre Manuel de la Valse, procédant en 2 temps, a nommé :
 - Patrick Le Lay Ministre de la Culture car son "métier étant de vendre du temps de cerveau disponible à Coca Cola" il a vocation de diminuer drastiquement le budget de la Culture
 - Jacques Séguéla Porte-Parole car s’étant posé la question "c’est la pub qui sponsorise la démocratie ?" il aura la possibilité d’inverser son propos, à savoir désormais : c’est la démocratie qui sponsorisera la pub
* : Agence des Faux Papiers, source

 

> le 1er avril à Bilbao n’est pas triste non plus !
le facétieux duo Paul McCarthy, Mike Bouchet ont placé sur un immeuble juste en face du musée Guggenheim cette immense fresque qui le transforme en navire de guerre ! vous savez qu’on ne badine pas avec la maréechaussée (sic), là-bas : le musée a aussitôt canardé les artistes avec son avocat...
vous reconnaîtrez que, vu sous cet angle, c’est un beau bâtiment (de guerre)

pour mieux comprendre, on vous la montre à l’envers :
Paul mc Carthy et Mike Bouchet, Bilbao billboar
  Mike Bouchet

 

  Juergen Teller
Juergen Teller, In the forest, 2013 (courtoisie Lehmann Maupin gall)
 

> total foutage de gueule : voici une "douce" photo de Juergen Teller, soi-disant "photographe important de notre temps", affirmation vide de sens (voir pourquoi) pondue par l’Institute of Contemporary Arts de Londres en 2013, reprise par le Newyorker ainsi que par tous les "articles" de presse jusqu’au dossier de son expo chez Tarasiève... mais où sont les "critiques" d’art ?
> commentaire : "un après-midi en famille, chaque image est le reflet du regard tendre du photographe sur sa mère dans cette forêt d’hiver"... intérêt nul, les images de vos gosses sont meilleures...
> en fait Juergen Teller est un provocateur dollars-oriented, une délicatesse allemande tombée dans le bling-fric londonien... ça marche...

 

> un gratteur de prose enfumé qui a dû avoir le mal de mer : "forme et fond atteignent ici une équivalence absolue ; la forme ondulatoire créée par l’écart entre les papiers bleus les définit à leur tour comme bords ; la notion de couleur et de non-couleur est balayée, qui devient contour ; la dynamique afocale est coextensive du mur..." (on résume...)
il est payé, pour délirer ?

 
Matisse, La vague, v1952, gouache collage, 52x160

 

 

 

 

Mars en guerre contre les cochons

 

> "nombre d’oeuvres d’art contemporaines vont de la fraîcheur à la décrépitude sans passer par l’ancienneté" aurait remarqué le chef de la Filière 20è siècle au Centre de Restauration des Musées [selon JDA 28 mars]
bref, c’est comme la m..., ça ne se conserve pas... le cauchemar du conservateur

 

  Paul Branca  

> précisément, l’art c’est de la m... ce que démontre une femme de ménage découvrant un vrai "foutoir par terre, cartons, bouteilles de verre, un vrai bordel", dans une expo italienne : elle a tout flanqué dehors ; à 10’000€ les cookies écrasés de l’artiste Paul Branca, vous restez sur votre faim...
enfin une expo qui réunit hyperréalisme et surréalisme

 

Paul Branca, 2014, partie d’installation (courtoisie galerie Murat de Bari)

 

> ... et la m... ça se met aux chiottes et on tire la chasse : c’est à peu près ce que propose le site Sellyoulater (sic) rebaptisé Artrank (cela fait moins foutage de gueule) avec les artistes Banksy et autres ci-contre, dans un tableau de bord de style boursier
à vomir, on n’a jamais été aussi bas...

extrait du site Sellyoulater alias Artrank, mars 2014

 

> la guerre des chaînes TV se cultive : "comparer Numéro 23 à Paris Première, c’est un peu comparer Beaubourg à une boutique de tatoueurs" remarque gentiment Jérôme Bureau, patron de Paris Première [Les Echos 10/04/14] mais de quel Beaubourg il parle-t-il, les deux chaînes étant au même niveau : le sous-sol...

 

 

> Philippe Sollers sur l’art contemporain à Venise : "la Pointe de la Douane, cette verrue poru américains obèses me pèse" [entretien à Beaux-Arts mars sur son livre Medium]

 

> "Friedrich Kunath affronte la violence sourde émanent du cours normé des choses, ainsi ce mocassin géant couvert d’oeufs au plat"...
quelle insoutenable inhumanité, en effet... y a-t-il un modèle tarte à la crème, siouplait ?
encore une expo conceptuelle détonante au Crédac... prudemment, on marche sur des oeufs !

 

Friedrich Kunath, Honey, I’m home, 2012
(courtoisie Crédac)
 

en février, on n’aime pas la peinture !

 

> question à un artiste : "se pose la question de savoir si l’un de vos postulats est de faire de la peinture sans peinture ?" [JDA13 février 14]
tiens toi au pinceau, virtuose gratteur de papier, je retire l’échelle !

 

> le célèbre Chat de Philippe Geluck aime la peinture, enfin... SES peintures !

il a raison, ce Chat est bien botté : en 2014 il est à la Brafa, à Drawing Now et à Art Paris

 
Philippe Geluck
Philippe Geluck, Le Chat, Publicité comparative, 2009
(courtoisie galerie Petits Papiers Bruxelles, Paris)

 

> extrait résumé : "dans des cellules de trois paroies ouvertes sur la face, l’artiste agence (sur des tables) des assemblages d’objets trouvés... explorant la trimensionnalité..." [Artaïssime n°6]
description qui correspond bien au stand d’un brocanteur ou d’un marché fruits & légumes ! Peut-être le résultat de la conjoncture, car cette artiste était autrefois peintre...

 

 

quelle température en janvier ? frais...

 

> et vlan ! "les dangers qui guettent les expos faites par des intellectuels est le mélange d’intuitions fulgurantes, les raccourcis interdisciplinaires étonnants, les lieux communs et autres portes ouvertes enfoncées" ! [les commissaires d’expos, JDA 2 jvr 14]

 

  Arnaud Labelle-Rojoux  

> l’exposition Le surréalisme et l’objet au Centre Pompidou présente des scénographies type cabinet de curiosité, qui constituaient les premiers événements surréalistes en galeries : des panneaux entiers rassemblent des objets hétéroclites anciens ou modernes ayant des propriétés surréalistes :

 - y est invité le désopilant artiste actuel Arnaud Labelle-Rojoux, qui a créé une fresque reprenant les deux mêmes principes surréalistes : le cabinet de curiosité et le jeu de mots en y ajoutant le sexe, autre caractère du surréalisme...

 - ...au sein de laquelle se trouvait cette amusante provocation

 

extrait d’une fresque surréaliste de Arnaud Labelle-Rojoux,
2013-14, Centre Pompidou (courtoisie l’artiste)

 

 

 

 

 

- 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :