itinéraires d’art à Istanbul

 

Istanbul (ou Istanboul, ou Istamboul) est une des destinations antiques préférées des européens ; mais savez-vous que l’art contemporain s’y est développé aussi vite que cette immense cité dynamique ? Un bon prétexte pour que vous découvriez la vraie ville, pas juste son centre historique !

 
toutes images : courtoisie Almanart, les artistes et galeries citées
reportage 2012, revu 2013 et 2016
toutes images : clic=zoom
  > accueil d’Almanart > autres villes > participez, corrigez-nous !

focus : tourisme Istanboul, cartes plan Istanbul ; art contemporain Istambul ; musées galeries art d’Istanbul, Istambul ou Istanboul

 

 ce reportage date de 2012, mis à jour 2016 ; depuis, la dérive dictatoriale et religieuse ne nous permet plus de garantir l’exactitude de cet article et la liberté de circulation sans risque de l’amateur d’art

 

à Istanboul, l’antique côtoie l’avant-garde

 

le Grand Istanboul est une mégalopole de 15M d’habitants en fort développement, sur ce plan plus proche des villes chinoises qu’européennes ; plus rien à voir avec le vieux centre touristique connu. Ville dense, peu de parcs mais des fleurs partout : au printemps, ce sont les tulipes, dont elle est la capitale.

Deux identités se côtoient à Istanboul sans trop se mélanger : l’une traditionnelle, populaire et religieuse, l’autre jeune urbaine et plutôt laïque ; parfois ces populations se heurtent : déjà en 2011 dans le vieux centre traditionnel, quelques vernissages olé-olé avec alcool ont du être protégés par la police ; en 2015 les choses ne se sont pas arrangées avec la montée de l’islamisme...

typique superposition de mosquées, anciens quartiers, industries, modernité, chantiers... ici, vu depuis l’IM
  Istanboul Istanbul

 

pratique d’Istanboul :

circulation intense, beaucoup de bus, quelques lignes de métro bien placées, trams, funiculaires avec une carte rechargeable (mais introuvable) ou des jetons distribués partout en automates ; il faut payer à chaque changement.

Attention : les horaires des institutions d’art sont parfois restreints (10:00-18:00) ; les parcours sont labyrinthiques et pentus ; ce qui fait que nos itinéraires sont un peu directifs, pour votre bien-être !

Dans tous les lieux ou presque l’on parle anglais.

 

vous ne voulez pas "faire touriste" ? dites :
i="i" / i_sans_point="è" / s="s" / s_cédille="ch" / o="o" / ö="eu" / u="ou" / ü="u"
cette page est écrite en prononciation réelle ; exemple : dire Topkapeu et non Topkapi
Notez que "sanat" signifie "art"

Les institutions d’Istanboul sont presque toutes privées ; il y a une quarantaine de galeries de bon niveau, mais on appelle aussi "galerie" un atelier d’artiste voire une boutique, et une dizaine de centres d’art ont réellement quelque chose à présenter. Certaines galeries sont en étage, y compris de bonnes mais on ne le sait pas avant d’entrer. Plusieurs collections privées sont aussi ouvertes, parfois dans des quartiers peu accessibles au touriste.

  Istanboul Istanbul Sainte-Sophie
l’ensemble formé par Sainte-Sophie, église devenue mosquée au XVè, et la fameuse Mosquée Bleue située en face

Le tram permet de franchir la Corne d’Or par le pont Galata depuis Karakoy, pour visiter ce sud antique et ses grandes mosquées et, plus à l’ouest, la merveilleuse Eglise-Musée de Chora et ses mosaïques : lieux indispensables !

Seul lieu d’art actuel dans cette partie, la galerie au 3è étage du magasin de luxe Armaggan.

Istanboul Istanbul Saint-Sauveur de Chora
l’église bizantaine Saint-Sauveur de Chora et ses merveilleuses mosaïques datant du XIVè 

Suggestion : faites une petite croisière de 2 heures le long des rives du Bosphore côtés occidental et asiatique, pour admirer le Palais Dolmabahche et les vieilles ou design maisons de villégiature les pieds dans l’eau.

> ce plan du Grand Istanboul sur environ 30 km permet de situer les principaux quartiers

 

 

 

 

> voir les plans des deux principaux quartiers d’art, dans nos itinéraires ci-après

Grand mécène, la banque Akbank liste tous les centres et galeries d’art et les situent sur des cartes... Une autre carte des principales galeries : l’Istanbul Gallery Map, pour les deux quartiers principaux. Les dépliants papier gratuits ne montrent que ceux qui les paient !

 

 

l’art moderne et contemporain :

Istanboul développe sérieusement l’art contemporain ; d’abord en 2005 par la 1ère foire Contemporary Istanbul, puis en 2010 boosté par le label Istanboul Capitale Culturelle Européenne. La Turquie a une très forte croissance (7.5% en 2011) ; s’il subsiste un immense écart entre le peuple et les grandes fortunes, s’installe une classe moyenne aisée ; cette situation provoque un engouement pour l’art mais qui devra être conforté. Il nous a semblé déceler en 2012 un léger fléchissement d’intérêt ; et en 2015 le gouvernement à tendance religieuse a donné un coup de froid à la liberté d’expression artistique et et les attentats n’arrangent pas l’économie...

 

les Foires d’Istanbul :

- la Contemporary Istanbul dénommée CI est une foire d’art contemporain au sens habituel, en novembre au Centre de Congrès d’Istanboul et Lutfi Kirdar, quartier de Nisantasé ; elle est sponsorisée par plusieurs mécènes dont le premier est Akbank Private Banking. Elle comporte une centaine de galeries de 20 pays et près de 100’000 visiteurs ; la prépondérance d’artistes Turcs est un de ses intérêts ; elle s’accompagne de "Art Istanbul", une semaine très active de manifestations off et dans les institutions

- la Istanbul Design Biennial ouvre un mois entre octobre et novembre les années paires, car elle concerne tous les domaines du design au sens large : industrie, design, architecture, décoration, graphisme, media et mode

- la Istanbul Art Biennial concerne tous les arts, un mois entre octobre et décembre les années impaires

- dès 2013 le salon All Arts a fait la promotion des arts turques, otomans et islamiques de toutes époques ; il semble en panne actuellement ?

> attention : les biennale sont surtout organisées par la Istanbul Foundation for Culture and Arts l (IKSV) qui couvre toute la culture ; vérifiez bien avant de partir quel est le domaine qui est concerné une année donnée ; par exemple cette Istanbul Biennial, sponsorisée par Koç, est un complément de la biennale du design, mêmes dates, pour la jazz, le cinéma, le théâtre ; autre exemple : la biennale d’art est aussi associée au Festival du Film d’Istanbul... facile de se tromper !

> ces foires se tiennent généralement dans l’enceinte du Musée d’Art Moderne (IM, ci-dessous), dans les locaux de l’ancienne Ecole Greque (Galata Greek School), un vaste bâtiment néo-classique à 300m. à l’ouest au 49 Kemeraltı cadesi, ou encore au Istanbul Congress Center

 

les inévitables de base :

et qui sont faciles d’accès :

> l’Istanbul Modern Museum ("IM"), sponsorisé par la Istanbul Fondation, est le grand musée d’art moderne et contemporain
> le Proje4L/Elgiz Museum of Contemporary Art dans le quartier high-tech de Maslak, une collection privée devenue un musée actif
> Salt Galata, le centre d’art inauguré fin 2011 au sein du siège de l’Imperial Ottoman Bank, pour son architecture, son histoire racontée dans la salle des coffres, ses oeuvres, son centre de recherche et de documentation (restaurant et café) ; ne pas confondre avec sa galerie Salt Beyoglou, proche
> le Centre Arter de la Vehbi Koç Foundation pour l’Art, avec 3 étages d’exposition

 

où aller ?

La visibilité de l’art est liée à la facilité de déplacement, tant la circulation est forte. Par bonheur les deux quartiers principaux sont sur la même ligne de métro, au nord de la Corne d’Or :
> à son embouchure, le vieux quartier de la butte de Galata, au sein du triangle Karakoy, Beyoglou, Taksim
> au nord dans la ville moderne, dans le quartier chic entre Nisantasè et Machka.

 

noeud de communication, l’horrible et vaste place Taksim n’a qu’une seule oeuvre
et sans doute éphèmère dans le petit square qui la jouxte (auteur inconnu)

Istanboul Istanbul Taksim

 

l’Istanbul Modern Museum :

l’Istanbul Modern (IM) est situé à Antrepo, les entrepôts de l’ancien port reconverti de Karakoy, dans le bas de Galata au bord du Bosphore, le long d’une ligne de tram ; une sculpture de Richard Dicon ouvre la voie :

  Ahmet Oner Gezgin  

> ici vous aurez un résumé d’un siècle d’art turc, du moderne à l’actuel, mêlant tous les genres avec une très belle qualité artistique : notamment la section "modernes" (1900-1945) montre l’influence de Paris sur l’Association of Independants Painters and Sculptors (fermée en 1950). Les années 90 sont aussi très intéressantes.

<< Ahmet Oner Gezgin : The red frame, 1990
Nur Koçak : Black rose and a kiss, 1990 ; en 2016 il n’est pas sûr
qu’une telle oeuvre soit encore visible en cette période restrictive>>
  Nur Koçak

 

  Istanbul Istanboul Modern Museum  

> cette visite est indispensable pour connaître l’art moderne et contemporain turque, sur tout le rez de chaussée. Les expositions temporaires, photo et art numérique inclus, sont au sous-sol.

> nocturne le mardi, resto design et sympa directement sur le Bosphore

> on regrette les cartels peu explicatifs sur les oeuvres.

 

 

   

le quartier Karakoy-Galata-Beyoglou :

 

 

étant très pentu, il vous faut optimiser vos déplacements !

 

Ce vaste ancien secteur réunit aussi bien des centres d’art, des galeries de haut niveau (côté Beyoglou) ou des petites galeries d’avant-garde noyées dans les antiquaires de Galata :

Istanboul Istanbul Galata Istanboul Istanbul Karakoy   Istanboul Istanbul Beyoglou

 

une 1ère demi-journée :

commencez par le magnifique Istanbul Modern Museum ; à proximité nord se trouve le Siemens Art Center qui soutient les jeunes artistes (à voir avant le musée) et 3 grandes galeries situées à son sud-ouest (donc à voir en sortant) : Sumer, puis Istanbul74 (celle-ci est à côté du meilleur pâtissier Gulluoglou !) ; prolongez par la place Karakoy pour ne pas manquer les extraordinaires salles des coffres des deux banques mécènes : Akbank (au coin de la place) et surtout l’Ottoman Bank (grand immeuble truffé d’art du haut en bas, rue Bankalar, qui abrite son centre d’art Salt Galata ; conseil : prenez l’ascenseur tout en haut et descendez à pied).

  Istanboul Istanbul Akbank  

 

l’ancienne petite salle des coffres
du mécène Akank

 

 

 

 

le hall central du majestueux ancien siège
du mécène Ottoman Bank, transformé
en la fondation d’art Salt Galata
  Istanboul Istanbul Ottoman Bank Salt Galata art foundation

en une vraie journée :

deux options pour attaquer les pentes vertigineuses d’un Galata sympa, dont le sud est en boboétisation rapide :

> 1/ option flémarde : montez à Beyoglou (ancien quartier européen) puis redescendre Galata (ancien quartier plus populaire) :

> prenez le funiculaire derrière la place Karakoy pour la place Meydani, faites à pied les 2 km piétonniers de la rue Istiklal où brinquebale un antique tram joliment conservé (évitez le week-end, bondé)
> au début d’Istiklal et la voie parallèle Mechroutiyet (faites des allers-retours) s’égrène un chapelet de centres et galeries plus ou moins intéressants

> puis voyez la Fondation Arter pour l’Art (3 étages), le centre Salt Beyoglou de design et d’architecture, la galerie Borusan Sanat (ne pas confondre avec le Musée Borusan -voir plus loin)..
> léger virage à droite à l’intersection de Yeni, dénichez à droite la galerie NEV dans les étages (qui présentait les hyperphotos de Jean-François Rauzier)
> pas loin à gauche l’immeuble mythique et défraîchi Rumeli Han abrite en vrac le parti communiste et des collectifs d’artistes un peu underground
> continuez par le petit centre Akbank, poussez jusqu’au nostalgique Institut français juste avant la place Taksim
> redescendre par Straselviler...

Mona Hatoum

exposition de Mona Hatoum chez Arter : Kapan, installation en acier et verre, 2012 ; une réflexion sur la fragilité du corps emprisonné

2/ option gaillarde : courageuse et moins touristique :

> grimpez Yuksek puis Galip
> pour voir quelques galeries, naviguez entre Serdar à droite, Hoka, Tatar
> redescendez Luleci vers l’est pour tomber sur le Centre Rodeo et Depo (2 étages) et le 311 qui sont liés
> indispensable pause-déjeuner au resto sympa avec terrasse qui fait l’angle entre Koumbaracé et Meclis
> juste à l’angle suivant, une ancienne mosquée convertie en centre d’exposition sponsorisé par la Mimar Sinan Fine Arts University

cette mosquée, lieu d’expositions, fête les 50 ans
du célèbre sculpteur turque Yil Mehmet Aksoy

Yil Mehmet Aksoy

> montez Bogazkesen et ses petites galeries d’art ou design, signe annonciateur des jeunes branchés
> à droite, naviguez dans les petites rues pentues d’antiquaires, échoppes, bistros, ateliers et galeries, surtout à Chukour Couma, Faik, Bostanbachi et Hayriye
> redescendez un peu et à gauche, embouquez sans faillir la ruelle Tomtom (ça ne s’invente pas...) qui n’est pas une impasse mais grimpe brutalement pour rejoindre la fameuse Istiklal où, au coin, se tient la Fondation Arter : la suite est donc sous 1/...

le charmant Centre Culturel Français

Istanboul Istanbul Centre Culturel Français

 

Istanbul Modern Istanboul Istanbul rodeo_galata   Istanboul Istanbul
fresque photographiée par Sevim Sancaktar, à
l’expo sur la photo turque à l’Istanbul Modern
si vous entrez au Centre Depo,
êtes-vous sûrs d’en ressortir ?
peu (encore) de graffitis à Istanboul

 

 

le quartier Nisantasé et Machka :

 

   

au sud de Chichli ce petit quartier s’appelle aussi le "petit Paris" car des galeries de haut niveau côtoient Cartier, Vuitton & Co, le centre d’or étant bordé par les rues Techvikiye, Mim Kemal, et Vali Konagi ;

la marque de luxe turque Armaggan y a créé un magasin-galerie de 6 étages (en haut de Abdi Ipechki) : 7000 m2 d’art, design et fashion, en collaboration avec la Turkish Cultural Foundation :

Istanboul Istanbul nisantasi   Istanboul Istanbul nisantasi   Istanboul Istanbul nisantasi

A son sud-est jusqu’à la rue Prof. Ersek s’ouvre une aire bobo-chic autour de la petite mosquée Techvikiye Cami. Moins pentu (quoique...) vous y trouvez outre de bonnes galeries parfois sur rue, parfois en étage (comme la Linart Gallery ci-dessus à droite qui exposait le photographe français Matthieu Paley), ainsi que le centre d’art et de design graphique Mili Reasurans à l’intérieur d’un passage moderne menant à des terrasses de restaurants, rue Machka ;

  Candeger Furtun  

bien plus bas sur Said Nedim se trouve la grande galerie Rampa ;

L’intérêt de ces galeries très actuelles à Nisantasé :est d’y découvrir des artistes turcs magnifiques, comme par exemple la Galerie 44A, qui traitait du thème du mariage, avec au 1er plan une installation en céramique de Candeger Furtun (Alkislar, 2011) et les fabuleux dessins de Kemal Noyan (2012)

 

 

 

en une petite journée :

> métro Osmanbey, descendez la rue Rumeli ; prendre Valikonachi à gauche, zigzaguez et descendez la rue Prof. Ersek, rezigzaguez à gauche vers la mosquée Techvikiye
> continuez Atiyé (un petit aller-retour en passant sur le sud de la rue Machka) et à droite montez Abdi Ipekchi : en 100 mètres vous quittez les bobos pour les chicos
> en haut, gauche, gauche et redescendez par Mim Kemal

  Mili Reasurans center  

> continuez par Mim Kemal qui contourne le grand parc Machka, prenez le téléphérique sympa qui le traverse
> montez 1 km (vers le nord, donc) en longeant les grands hôtels pour aller vers la place Taksim

 

<< le Centre Mili Reasurans proposait des graphismes très originaux...
... comme ce logo en forme de labyrinthe cernant le mot Turkey >>
istambul Mili Reasurans center  

 

 

ailleurs dans la grande ville :

 

le Musée privé Elgiz :

  Elgiz Museum of Contemporary Art  

le Proje4L/Elgiz Museum of Contemporary Art est une fondation privée logée au pied d’une belle tour de verre violette, proche d’universités et du quartier d’affaire high-tech de Maslak ; accès libre.

 

où est-ce ? en Chine, ce panachage de travaux
et tours de verre, qui change chaque mois ?

 

 

l’Elgiz Museum rassemble une belle collection d’oeuvres de la meilleure qualité ; s’il parait loin, il est en réalité facile et rapide d’accès par métro :

 

 

Billur Tansel

face à face de la Directrice
et de l’Homme en rouge
de Balkenhol

> la tour est visible depuis le métro ITU Ayazaga (toujours la même ligne)
> depuis le métro sortez vers l’ouest, visez la tour (celle perpendiculaire au métro)
> contournez-là et à droite, derrière les sculptures, l’entrée ressemble à celle d’une entreprise.

La Directrice Billur Tansel (fondatrice en 2015 de Open Dialogue Istanbul) se fera un plaisir de vous y recevoir, parlant français par ses études d’art à Paris. Ce vaste lieu propose des oeuvres contemporaines de haut niveau de tous pays, avec une bonne présence d’artistes Turcs.

Volkan Diaroglu
Volkan Diaroglu s’exprime durement, dans ce tableau en relief : A very democratic painting, 2011
 

le Musée privé Borusan :

> le Borusan Contemporary Art Collection, un immeuble-musée, est malheureusement un peu loin en banlieue, à environ 10 km du centre et sans métro mais proche du 2è périphérique au bord du Borsphore ; ce musée privé présente une grande collection contemporaine et des expos d’avant-garde sur 4 niveaux ; il est ouvert au public le week-end. Mais il a aussi une galerie rue Istiklal dans Beyoglou (voir ce plan)

 

le Musée privé Sakıp Sabancı :

> le Sabancı University Sakıp Sabancı Museum est situé à seulement 300m au nord du Borusan, aussi au bord de l’eau ; spécialisé dans les livres d’art et calligraphie, il expose sur toutes les époques.

 

la Centrale Electrique :

  Santral Istanbul  

la Santral Istanbul est un peu loin, à côté d’un lieu de distraction au bord de la Corne d’Or, quartier d’Eyup (voir la carte générale) ; facile d’y aller en taxi.

Elle accueille souvent -mais pas toujours- des manifestations d’art contemporain ; de toutes façons c’est une curiosité

 

 

 

 

 

voir aussi :

> le site de l’Office du Tourisme

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

hé oh hissez haut !

> cette expression marine vous sort de la bouche en voyant l’exposition virtuelle des Atamanes sur la peinture marine !

 

 ? qui sont Les Atamanes ?

 




 

 rencontrez les artistes en direct

le Salon des artistes en direct pour leurs dernières créations
entrée gratuite à télécharger ici !
au Bastille Design Center, 74 bd Richard-Lenoir, 75011

 


 

les formes et les couleurs novatrices

de Paul Gauguin sont expliquées avec un oeil nouveau dans un livre très illustré mais abordable :
 

le Paul Gauguin de Laure-Caroline Semmer

 

(les couleurs sur Almanart)


 

Barnebys estime vos oeuvres !

nouveau  : Barnebys.fr vous offre une estimation facile d’utilisation pour 15€, certificat sous 48h

obtenez une estimation

Barnebys découvre un dessin de Donald Trump
 


 

fotofever au Carrousel du Louvre

 
"la" foire de la photo contemporaine
sera au Carrousel du Louvre
du 10 au 12 novembre

un succès annoncé : déjà 70 % de galeries fidèles, 30% de nouvelles et 60 % de galeries étrangères

 ? qui est fotofever  ?


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :