savoir acheter de l’art : sommaire

 

Si l’art est votre passion sa concrétisation passe, comme pour tout collectionneur, par l’achat.

Bien sûr le coup de coeur pousse à un achat immédiat, là où vous vous trouvez. Mais vous pouvez préférer une démarche plus réfléchie et vous poser la question : où acheter, comment, avec quels avantages et inconvénients ; d’autant que l’effort financier n’est jamais neutre.
Et puis... saurez-vous où mettre votre belle acquisition ?

 

Balayons ensemble les questions que vous vous (et nous) posez le plus souvent :

 

le dessin est souvent une opportunité : une oeuvre originale unique souvent abordables ; Xue Sun : dessin, ST, 2009
(courtoisie l’artiste)
 

> voir aussi :

> accueil d’Almanart
> vos FAQ sont en bas de page

focus :acheter des tableaux, acquérir acquisition achat d’oeuvre art ; combien coûte prix de l’art ; estimer une oeuvre art ; où acheter de l’art accessible abordable

 

 

.
vous êtes amateur, collectionneur ? alors vous êtes aussi acheteur et vendeur !
pour vous, Almanart annonce des oeuvres de qualité
à céder par des particuliers

 

 

vos FAQ* pour acheter de l’art :

 

* : FAQ = Frequently Asked Questions = les questions les plus posées

 

 

j’hésite a choisir entre :
1- une lithographie originale marquée "Epreuve d’Artiste" (tirée a part pour le peintre), signée, datée (1954) mais sans numérotation
2- une lithographie originale du même peintre, numérotée (17/122), signée (pas épreuve d’artiste) ; laquelle aurait le plus de valeur étant donné que les deux me plaisent ?

question préalable :
> laquelle est de meilleure qualité technique (état, travail de litho, nombre de passages donc de couleurs différentes...) ? Sans différence notable, je préfèrerais l’EA car le tirage de l’autre est un peu élevé (122) pour une oeuvre d’une époque où l’on était moins intéressé que maintenant...
Autre élément : par principe aucune EA n’est strictement identique à une autre puisque ce sont des mises au point ; mais justement, vous pouvez être intéressé par cette particularité (voir la question suivante ci-dessous).
Cela étant, il est bien difficile de se prononcer sans connaître l’artiste et voir l’oeuvre ; et que signifie pour vous "valeur" ? Car la différence en "valeur financière" n’est à priori pas forte entre ces 2 cas.

Plus généralement :
>- soit le tirage est faible, alors une EA et un exemplaire ont une cote identique
> soit le tirage est élevé, alors aucun exemplaire n’est "original", donc : même si les EA sont "nombreuses" (on ne sait pas faute de n°), elles le sont tout de même moins que les tirages, sauf fraude manifeste ; du coup elles seront plus rares, donc peut-être un peu plus cotées.

 


pour acheter, on m’a expliqué qu’il ne faut pas tenir compte de l’indication EA (Epreuve d’Artiste, voir ci-dessus) seule car elles devraient être aussi numérotées (EA 1/4, par exemple) pour qu’elles prennent toute leur valeur
rares sont les EA numérotées, ce qui alors laisse ouvert à des tirages douteux postérieurs, voire à des ventes de pièces que l’artiste ne pensait pas même montrer et qu’il n’a eu le courage ou l’envie de détruire, ou simplement qu’il a oubliées dans un coin.
Il vous faut relativiser : les artistes sont... des artistes, il ne faut pas leur demander trop sur le plan administratif, et c’est d’ailleurs comme cela qu’on les aime ! Souvent ils ignorent la notion juridique d’originalité, alors vous savez, leur faire numéroter des EA alors qu’il s’agit par le principe même d’essais qu’ils sont censés mettre au point...
Mais nous devons être exigeants de la part des artistes cotés et bien conseillés par leur agent.

 


je suis intéressé par une photo de Julius Shulman vendue par la galerie en ligne X, qui réalise aussi de l’édition commerciale à grand tirage ; y-a t-il un risque ?
Description : Shulman Portfolio Arango House 60 x 75.5 cm limited edition of 60 copies worldwide (Ilford MGD 44 M’ "Pearl"), individually signed and numbered, and mounted under plexiglass in black frames, 60 x 75,5 cm in an exclusive case, released in 1999, 3000€.
Des photos similaires vendues dans d’autres galeries internationales sont beaucoup plus chères : 9000$ ; qu’est ce qui alors justifie le prix de la galerie X ?
faute d’une réponse chiffrée, voici des éléments pour décider :
> X vend en ligne des revues, livres, oeuvres d’art allant de l’original au poster, de style "people", accrocheuse par ses thèmes (du sexe partout), forte par de grands tirages : une sorte de supermarché ; mais il arrive d’y trouver des offres intéressantes et réellement artistiques, au sein doffres plus dangereuses, d’où notre prudence... Comme le remarque le Comité des Galeries (interview par Almanart) : "ce sont les galeries qui posent leur caution sur la qualité par un jeu de filtrage ; car acheter une oeuvre sur internet c’est comme y acheter un médicament : c’est sans garantie"
> la mode de la photo n’est pas encore passée, avec ses excès et ses pièges (voir la rubrique d’almanart "mode"), des marchands de tous poils en profitent ; ce n esemble pas le cas de tous mais il faut être prudent
> la cote de Shulman (presque centenaire) va augmenter lors de son décès, ce phénomène est regrettable, mais c’est comme ça... votre achat sera valorisé
> la fourchette de prix des originaux est bien de 7 à 9000€ (mai 2006) ; ceci pour de vrais originaux et des vues reconnues comme très intéressantes (or l’image que vous mentionnez n’est peut-être pas tout à fait dans ce cas)
> alors votre cliché est-il un original ou pas, au sens de la photo et au sens du droit : voir "tirages" et "vintage"
> précisons : le fait que votre cliché soit mentionné "copies worldwide" laisse penser que c’est un moyen "de faire de la monnaie", car ce tirage de 60 est assez élevé (et hors de la limite juridique française de l’original)
> vous devriez demander ceci pour lever ce doute par comparaison :
- date du tirage proposé à la vente
- date de la signature de l’artiste sur ces exemplaires
- date de la prise de vue
- date des 1ers tirages du négatif ;
faute de données précises et concordantes, le prix demandé serait vraiment un maximum et pas l’affaire du siècle...
> en conclusion : votre intérêt est-il une opportunité ou une vraie passion ? Car en art, heureusement, on peut comprendre que la passion passe en 1er !
> voici deux sites qui présentent bien Shulman.
Attention : cette question a aussi fait l’objet d’une recherche approfondie dans le cadre de nos services

 


j’envisage d’acheter une gravure d’un grand artiste ; or lisant votre définition des originaux (limités à 8 exemplaires), je ne comprends plus... cette gravure moderne est numérotée 12/30 et le galeriste m’assure que c’est un original !
en effet, il y a ici un classique conflit de définitions :
> la définition juridique est souvent jugée trop restrictive par les professionnels des estampes : pour eux est "originale" toute oeuvre qui a été réalisée de façon spécifique par l’artiste pour un media donné, quel que soit son tirage ! Dans le fond ils ont aussi raison. Mais il y a trop d’abus : qu’on nous explique pourquoi une gravure serait autorisée à être tirée à 30, pire 50 ou 100, en gardant l’avantage d’être nommée "originale", alors que la loi stipule que cette qualité est réservée aux tirages 8+4 : il faut choisir entre gagner plus et conserver la rigueur de l’appellation
> l’artiste peut très bien ne pas se limiter à ce chiffre mais dans ce cas ce ne sont plus des originaux au sens du droit français (lequel a tendance à faire école en Europe) et pour lequel notamment les taux de TVA difèrent
> sachez aussi que tout artiste a la possiblité de créer des monotypes : il s’agit d’un exemplaire unique d’une estampe ! Donc foin d’hypocrisie...
> les tenants de la définition ouverte partent pourtant d’un bon principe : celui de valoriser le travail des artistes qui ne se contentent pas de reproduire une huile (par exemple) en sous-produits multiples (ex : des lithos), mais qui créent une oeuvre spécifique pour une technique donnée, car le résultat qu’ils recherchent dépend étroitement de l’usage de cette technique-là et pas d’une autre ; mais alors il faut trouver un autre terme que celui d’original pour éviter l’amalgame.
> d’importante, la question est maintenant devenue cruciale, avec la venue des oeuvres numétiques. Autrefois la question se posait moins : les plaques gravées comme les passages en presse étaient techniquement plus limités et les gens peut-être moins avides ; désormais la technologie permette tous les abus, les fichiers informatiques étant reproductibles indéfiniment et les prints informatiques sont devenus de la photocopie haut de gamme.
Conclusion : gardez à l’idée qu’une estampe aura une réelle valeur si elle est, outre spécifiquement créé par l’artiste, de plus rare.


 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :