voir, observer, une exposition

 

dans cette exposition à succès : voyez ce défilé calé à 1 mètre des cimaises, parcourant de bout en bout l’exposition... est-ce bien la meilleure façon de l’explorer et d’y admirer les oeuvres ?

ne moutonnez pas, mettez-vous en position d’admirer, d’analyser, de comprendre ! c’est possible par un peu de méthode

 

 

Gustav Klimt, Le-Parc, tableau

Gustav Klimt, Le-Parc, vers 1910, huile, 110x110
(courtoisie MOMA)
 

"bien voir" illustré par une exposition :

> les expositions peu encombrées vous permettent de passer d’une oeuvre à une autre, revenir, voir librement... cela s’applique bien à celles qui n’imposent pas de suivre le parcours pour comprendre ; vous vous laissez zigzaguer par simple plaisir et ne regardez que les oeuvres qui ont à un instant donné une vue dégagée y compris des grossiers qui vous passent devant le nez au lieu de vous contourner
> les Jardins aux Grand Palais s’y prêtent : exposition à succès mais sans trop, bien que généreuse : près de 150 artistes, 450 oeuvres qui traitent (sic) 50 jardins de tous pays, l’occasion aussi d’une large révision de votre culture plastique !
> c’est une vraie jouissance de voir combien les parcs, jardins et leurs occupants végétaux ont, de tous temps, inspiré les artistes et de découvrir que l’ordre coloré qui y règne ne nuit pas à la beauté de la nature
> à voir jusqu’au 24 juillet 2017 au Grand Palais

 

 

 

> accueil d’Almanart

> sommaire de comprendre

 

et aussi :
> comment mieux voir une expo dans la foule


focus : expositions art moderne contemporain, expositions art à Paris, voir une exposition blockbuster dans un musée

 

un peu de méthode ne nuit pas au plaisir !

 

avant l’entrée :

> procurez-vous le "petit journal" ou l’opuscule qui, en 2-3 pages, explique l’objectif du commissaire, la chronologie d’exposition, le contexte et le travail de l’artiste

> long et peu utile de tout vouloir examiner, mieux vaut un survol rapide pour vous concentrer des parties choisies, comme le font les guides-audio ; alors vous pouvez rapidement sélectionner dans chaque salle ce qui vous semble le plus intéressant

 

vous entrez :

> entrant dans une salle, méfiez-vous de l’impression première trop radicale (j’aime, je n’aime pas) : l’art a des beautés cachées (voir esthétique) ; choisissez dans un esprit positif

> pour les oeuvres que vous aurez choisi d’approfondir, appliquez la classique méthode des 3 phases : introduction, analyse, synthèse...

> 1er contact avec une des oeuvres sélectionnée : restez à distance (3-4 m.) pour l’aborder dans sa globalité (ce qui est impossible en l’approchant latéralement au sein d’une queue)

 

Giacometti  : "je ne peux voir simultanément les yeux, les mains, les pieds d’un personnage qui se tient à seulement 2 mètres de moi !"

> alors commençez par ses aspects généraux :
 - sa structure : regardez son architecture, plan, répartition des masses et des couleurs, voyez sa tonalité, son cadrage sur la toile ou pour une sculpture : son support, ses masses et son orientation
 - son importance, son originalité par rapport aux autres oeuvres ou dans la trajectoire de l’artiste

 

analysez :

> un coup d’œil sur le cartel

> approchez-vous à 1-2 m. pour zoomer sur certaines parties en les isolant du reste de l’oeuvre :

   - le travail sur la matière ou la technique réclament notre examen à quelques centimètres : souvent la matière est choisie par les effets significatifs qu’elle donne et les techniques peuvent être très mélangées, mixées  

Mel Bochner, qui joue sur les mots et les couleurs, peint ce texte dans son oeuvre "if the color changes",1997 : "to observe is not the same thing as to look at or to view"

> reculez un peu (son créateur aussi n’a cessé d’aller et venir) et replaçez vos découvertes dans l’ensemble de l’oeuvre ; si c’est une sculpture tourner autour est le moindre hommage que vous lui faite

> revenez sur le thème de l’oeuvre : quelle est sa signification, quelle sensation, quel message est-elle sensée vous procurer ; s’il n’y a rien de perceptible immédiatement ou de manière allusive, la documentation précise peut-être son contexte, l’histoire de l’artiste ou de son environnement, qui donneraient un début d’explication ?

 

rêvez ...

> puis, simplement, laissez-vous aller en volant sur la surface du tableau comme au-dessus du paysage, façon de vous approprier l’œuvre

 

 

Claude Closky : "une oeuvre est réellement vue lorsqu’elle fait écho à l’expérience du spectateur ; c’est lui qui donnera du sens en la construisant dans ses propres termes"  

> vous voici dans une position de méditation (de lévitation ?)... passez donc à la conclusion et au détachement pour pouvoir aborder la prochaine oeuvre choisie.

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :