Les techniques artistiques

 

 

petite revue des
techniques des artistes

 
l
es principales techniques artistiques vous sont familières : huile, gravure, fonte, lithographie, vidéo...

mais connaissez-vous pour autant leur particularité, leur histoire ?

Et les artistes actuels inventent bien d’autres techniques artistiques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anders Zorn,
Le Clapotis des Vagues
1887, aquarelle
(courtoisie RMN et
Statens-Mus-Copenhague)
clic=zoom
 

les techniques illustrées par une exposition :

> allez-y rien que pour cela : de grandes aquarelles étonnantes de beauté, de réalité, d’innovation pour l’époque (la Belle)
> car Anders Zorn a acquis très vite sa réputation de Maître suédois par ses aquarelles, et particulièrement ses effets d’eau : vaguelettes, reflets de la lumière, couleurs limpides que seule donne la peinture... à l’eau ; mais aussi par ses cadrages quasi-photographiques : diagonales, décalages, flous...
> le vrai sujet de cette peinture n’est pas la femme au 1er plan, mais l’eau qui réunit tous les acteurs présents
> ensuite il passe à l’huile, excellentes mais peu intéressantes : devenu mondain il fabrique du portrait..., jusqu’en fin de vie où il se passionne pour les jeunes nues dans la nature (vieillard lubrique de Suzanne au Bain ?) où, sur des huile cette fois, l’eau reparaît
> à voir jusqu’au 17 décembre 2017 au Petit Palais

Anders Zorn peintre
   > accueil d’Almanart  

sommaire fiches pratiques


 

 

 

soit cliquez sur une technique pour obtenir sa définition...

Les artistes mélangent souvent plusieurs techniques pour atteindre une richesse expressive ; par exemple le rendu fantômatique des tableaux d’un Léon Spilliaert (début du 20è) qui peut utiliser encre de Chine, lavis, pinceau, plume, crayon de couleur, pastel sur la même toile. Ou des vidéos qui s’intègrent à des installations (Kirill Chelushkin) ou des traitements numériques à la base des tableaux peints (Jean-Denis Bonan), etc

Dessin :

 . le dessin (note sur...) . calligraphie .fusain . crayon . crayon Conté . mine de plomb . graphite . pierre noire . encre . pastel .

Peinture :  . définition . aquarelle . gouache . détrempe . tempera . huile . acrylique . lavis . fresque . pochoir . sanguine . laque . encaustique .
Estampe :  . estampe . gravure . lithographie . sérigraphie . impression à plat . burin . pointe . manière noire . eau forte . aquatinte . mezzo-tinto . carborundum . xylographie . linogravure . cliché-verre . chalcographie . taille douce .
Techniques numériques :  . création numérique . impression numérique . découpage–assemblage .
Sculpture :  . définition . haut et bas reliefs . bronze .céramique
Tech. Mixtes :  . collage . transfert . peintures mixtes .
Installation :  . voir définition de la sculpture .
Photo :  . techniques générales . les supports
Vidéo :  . vidéo artistique .
Email, verre :  . lap . vitraux . céramique

 

...soit cherchez par ordre alpha :

acrylique

cette invention moderne (1920) est d’emploi facile, ce qui explique son grand succès contemporain : les couleurs acryliques réunissent les caractéristiques de l’huile, la souplesse de la détrempe, la transparence de l’aquarelle et la résistance aux agents atmosphériques ; irrésistible...
E n peinture l’art contemporain occidental utilise aussi bien le pinceau que les bombes avec ou sans pochoir (graffitis), la projection directe (dripping), etc.

 > haut > en savoir plus

aquarelle

peinture diluée à l’eau, l’aquarelle est constituée de pigments minéraux solubles dans l’eau additionnée de gomme arabique ; elle s’applique par pinceaux à poils souples sur papier ou carton ; son usage est proche du lavis, mais son rendu peut être plus lumineux et translucide

 > haut > en savoir plus

bronze

état final d’une sculpture obtenue par coulage d’un métal alliant cuivre et étain, dans un moule ; le motif est réalisé par exemple en plâtre ou argile, recouvert en fin d’oeuvre d’une cire, puis d’ une couche réfractaire enveloppant le tout ; l’oeuvre "master" est alors prête pour être multipliée : lors de la mise en chaleur la cire fond et s’évacue par des conduits forés dans l’enveloppe ; le métal en fusion est coulé par d’autres conduits, les gaz s’évacuant aussi par les trous pour la cire

 > haut

calligraphie

"art de former d’une façon élégante et ornée les caractères de l’écriture ; écriture formée selon cet art" (Larousse), qui débouche aussi sur l’enluminure (décor miniature peint autour du texte d’un manuscrit).
Plusieurs plasticiens se sont intéressés à la beauté de l’écriture au niveau de la forme (souvent liée au contenu, par la collaboration de poètes), notamment ceux du groupe Cobra, où Dotremont à inventé la notion de "logogramme", sorte de parole hâtivement peinte (on parlerait aujourd’hui de graffiti) (Alechinsky, Michaux, Degottex...)

 > haut > en savoir plus

céramique

"céramique" est un terme générique qui regroupe toutes les productions en terre soumises à cuisson : terre cuite, faïence, grès, majolique, porcelaine...

 > haut > en savoir plus

chalcographie

ancienne appellation de la gravure sur cuivre ; vient du grec "écriture sur cuivre" ; voir "gravure"

 > haut > en savoir plus

crayon,
crayon Conté,
mine de plomb,
graphite

facilement effaçable mais moins volatile que le fusain, il convient bien aux dessins spontanés ;
découvert en Angleterre en 1560 le graphite d’origine minérale est aujourd’hui remplacé par le graphite artificiel inventé en 1794 par le chimiste français Conté ; David, Ingres, Delacroix, Corot, Degas…s’en sont servi pour leurs études plutôt que le fusain.

 > haut 

cliché-verre

sur une plaque de verre photographique enduite d’encre et poudre, le dessin est tracé directement à la pointe d’acier ; on obtient donc un négatif qui permet des tirages sur papier. L’intérêt est la finesse du procédé, abandonné actuellement.

 > haut 

découpage–
assemblage
(collage)

technique consistant à découper, assembler et coller ou fixer des fragments de matériaux hétérogènes sur un quelconque support.

 > haut > en savoir plus

dessin

représentation graphique des formes exécutée à main levée ou au trait.

 > Note sur le dessin contemporain
 > haut > en savoir plus

détrempe

technique picturale où les couleurs sont broyées puis détrempées à l’eau avec de la colle de peau tiède, juste au moment de peindre ;
c’est le plus ancien procédé de peinture connu

 > haut > en savoir plus

encaustique

dans la peinture à l’encaustique les couleurs sont délayées dans de la cire fondue ; les variations de ce procédé sont multiples et les artistes comtemporains conservent leurs secrets (Roland Cat, Philippe Cognée...) ; cela donne une surface mat très douce et modère les couleurs qui semblent fondues

 > haut

encre

l’encre est le moyen du dessin élaboré, non modifiable ;
il y a différentes qualités : encre noire de Chine (la plus commune actuellement), brune, bistre de suie de bois bouilli, ferrogallique à base de noix de Galle de sulfate de fer et de gomme arabique, sépia à partir d’encre de seiche... ;
l’instrument fut d’abord la plume d’oie, supplantée dès le XVIIIe siècle par la plume métallique ; en asie le pinceau et ses très grandes variétés de tailles et de subtances, est toujours l’instrument privilégié de dessin et de calligraphie.

Voir aussi lavis.

 > haut 

estampe

terme générique qui s’applique à toute œuvre à tirage (les "multiples") ou reproduction d’œuvre d’art, imprimée ou pressée sur papier après avoir été gravée ou dessinée sur un quelconque support : métal, bois, pierre... ; le langage courant étend cet usage à plusieurs procédés de reproduction : lithographie, sérigraphie, etc.
La gravure (ci-dessous) est proche, parfois confondue, mais la technique diffère.

 > haut > en savoir plus

fresque

usuellement grand panneau mural peint ; vient du mot "frais", allusion à la technique d’origine qui consistait à peindre (très rapidement) sur du plâtre frais avec de la peinture à l’eau, procédé qui à l’époque garantissait une bonne tenue dans le temps.
Elle
utilisait des pigments végétaux résistant à la chaux, délayés à l’eau, appliqués à la brosse dure ou souple sur un enduit de mortier frais composé de sable et chaux éteinte ; ainsi la fresque classique exige un travail rapide et précis qui exclut toute retouche

 > haut > en savoir plus

fusain

procédé de dessin le plus ancien qui emploie un matériau très tendre obtenu par carbonisation de rameaux de saule ou de vigne ; il s’efface facilement par soufflage, l’idéal pour les esquisses ; au XIXe siècle on parvient à le fixer sur le papier et il devient une technique de dessin définitif qui connaît un grand essor grâce à Delacroix, Corot, Millet...

 > haut 

gouache

peinture pâteuse et opaque provenant d’un mélange proche de celui de l’aquarelle, dans lequel on a ajouté un liant, la gomme, qui lui donne son aspect mat ;
la gouache blanche est souvent utilisée pour rehausser un dessin à la plume, au crayon ou à l’aquarelle

 > haut

gravure :
burin, pointe sèche, manière noire, eau forte, aquatinte, mezzo-tinto, carborundum,
taille douce

image confectionnée par gravage puis transfert par un procédé chimique ; le langage courant en étend l’usage à plusieurs procédés de reproduction similaires non automatisés ; le terme gravure est parfois confondu avec celui d’estampe (ci-dessus), mais les techniques diffèrent.
Le procédé comprend deux phases : d’abord inscrire un motif en relief au sein d’un support, qui ensuite sert de transfert sur papier.
On distingue deux techniques de base : la gravure en relief ou taille d’épargne ou xylographie, et la gravure en creux ou taille douce.

Cette technique ancienne a toujours un grand succès car elle constitue un media spécifique.

 > haut > en savoir (beaucoup) plus

huile

utilisable sur tout type de support enduit, cette peinture est constituée de couleurs broyées liées avec de l’huile siccative additionnée de résine, diluées grâce à une essence volatile.
Voir aussi l’huile acrylique.

 > haut > en savoir plus

lap

désigne les émaux lapidaires ; a été beaucoup utilisé dans les panneaux "arts décos", mais aussi pour créer des sculptures murales.

> haut > en savoir plus

laque

la laque voit une reconnaissance auprès des artistes actuels, alors qu’elle n’était depuis longtemps qu’une technique certes noble de décoration ; les procédés se sont diversifiés depuis la laque végétale d’origine vers des substances de synthèse polychromes.
 > haut > en savoir plus

linogravure

procédé de gravure directe sur linoléum, creusé par des gouges en acier en V ou en U (ce qui créer un master négatif) ; cette matière semi-molle est préférée à la gravure sur bois par sa facilité.

 > haut

lavis

manière de complémenter ou de colorier un dessin avec de l’encre de Chine ou autre couleur diluée dans de l’eau ; le lavis s’applique seul en larges aplats ;
Van Goyen et Van Ostade, Guardi, Canaletto, le Guerchin… ont utilisé le lavis gris ;
le lavis bistre est fréquent jusqu’au XVIIIe siècle ;
au XIXe siècle les artistes lui préfèrent le lavis sépia.

 > haut

lithographie

cette technique ancienne d’impression à plat a toujours un grand succès et même se renforce par opposition aux nombreuses techniques actuelles d’impression de bonne facture ; elle a une noblesse par sa qualité alliée à sa difficulté : intervention manuelle, intervention nécessaire de l’artiste, grande attention aux couleurs, précision de la superposition des passages...

 > haut > en savoir plus

(création) numérique

les procédés numériques ont fortement amplifié les possibilités de création ; d’une part les artistes créent des images originales sur ordinateur qui sont impossibles à produire autrement, d’autre part ils y traitent leurs photos ou leurs vidéos soit par transformation soit simplement pour en retoucher les défauts ; en sculpture les plasticiens concoivent et aussi pilotent par ordinateur la taille directe de sculptures en plastique.

 > haut > en savoir plus

(impression) numérique

en sortie d’ordinateur l’impression jet d’encre ou laser permet l’exécution rapide et bon marché "d’épreuves d’artiste", qui peut alors mieux se concentrer sur la conception artistique plutôt que sur la réalisation ; les procédés haut de gamme utilisent des jets de pigments et permettent l’impression directe des oeuvres finales.

L’impression actuelle permet de produire des oeuvres en nombre, des multiples que l’artiste peut produire parfois lui-même, rapidement, à relativement meilleur marché, avec une excellente qualité, ceci en concurrence directe avec la sérigraphie ou les procédés quadri des grands imprimeurs, mais à condition que l’oeuvre soit créée pour cela : l’impression numérique n’est pas un bon procédé de recopie car respecter les couleurs est encore extrêmement difficile et peu fiable.

 > haut > en savoir plus > et aussi l’impression des photos

pastel

technique de dessin ou de peinture ? les deux sans doute...
Le pastel est issu de plusieurs éléments broyés et mélangés : couleurs pures, blanc, colle, plomb, talc, gomme arabique… ; il est préparé sous forme de bâtonnets dans une large gamme de coloris ; utilisé en France puis en Italie durant le XVIe siècle, il atteint son apogée au XVIIIe siècle, puis Degas, Toulouse-Lautrec, Odilon Redon... l’ont utilisé avec bonheur. Il demande beaucoup de doigté (le doigt servant à estomper).
Attention : il est fragile et se détériore à la lumière vive, craint les attouchements mais, bien conservé, garde toujours sa fraîcheur.

 > haut 

(impression)
à plat (et print)

"à plat" signifie sans gravure en relief ni en creux ; on distingue les procédés :
- demandant une intervention manuelle, comme la lithographie
- d’impresssion automatisée, comme la sérigraphie ou les prints informatiques.

  > haut 

peintures mixtes

les premiers contemporains (1945...) n’hésitaient pas à obtenir des effets en mixtant toutes sortes de procédés : ajout d’objets sur le tableau, projection de matière (sable, paillettes...), etc ; depuis l’on recherche moins à étonner qu’à trouver des matériaux exactement adaptés à l’expression recherchée : par exemple certaines "huiles" de Philippe Cognée sont en fait constituées de "pigments purs, cire d’abeille, résine de carnoba" ; certains artistes restent discrets sur leur procédé : comment donc sont constituées les toiles mystérieuses de Roland Cat ? il ne vous le dira pas !

 > haut

photo

les techniques photo sont trop vastes pour être résumées ici, svp reportez-vous par exemple ici ou pour les débutants !

Pour les supports des oeuvres photographiques : voir notre fiche pratique.

 > haut

pierre noire

concurrent du fusain issu d’une pierre d’Italie (son autre nom) qui a une densité plus forte et par conséquent est moins facilement effaçable ; il permet différents effets associé à de la craie blanche ; abondamment utilisé dès le 16è siècle, ce type de crayon permet de faire non seulement des esquisses mais des croquis rapides et des modelés, selon sa taille fine ou large.
Le crayon pierre noire est encore utilisé par des artistes dessinateurs qui recherchent des effets classiques, comme Ernest Pignon-Ernest par exemple.

 > haut

pochoir

c’est la plus ancienne technique : rappelons-nous les mains servant de masque aux hommes des cavernes et autres africains ; c’est aussi une très ancienne façon de mettre en couleur, par des masques découpés successifs appliqués sur l’épreuve en repérage manuel.
La couleur (aquarelle, lavis, gouache) est posée par une brosse ronde, et ensuite adoucie ou tamponnée suivant l’effet recherché ; on découpe autant de pochoirs que de nuances, jusqu’à 25 ou 50 pochoirs.
Le pochoir est actuellement très utilisés par les artistes des rues, qui appliquent les couleurs par des bombes aérosols.

 > haut

haut et bas
reliefs

c’est un genre particulier de sculpture datant de l’antiquité ; peu de chose les distinguent :
> le bas-relief est taillé en creux sur une surface plane (un mur, un panneau...) et le volume des motifs se détache assez peu du fond ; on peut ainsi réaliser des frises décoratives de grande surface ; les monuments antiques grecs ou romains en sont largement pourvus
> le haut relief relève de la même technique mais les motifs se détachent nettement du fond, n’y étant lié que par un minimum de matière pour qu’ils s’y raccrochent ;
les cathédrales en sont garnies.
En fait ce qui distingue ces reliefs de la sculpture habituelle est qu’on ne peut tourner autour.

> haut

sanguine

utilisation en dessin d’un argile rouge qui doit sa couleur à un oxyde de fer ;
la sanguine était déjà utilisée au paléolithique par les hommes des cavernes ; elle eut un immense succès du XVIe au XVIIIe siècle, en Italie en France et dans les pays nordiques (Vinci, Watteau, Boucher…) ; à l’exception de Renoir, les artistes du XIXe siècle l’employèrent peu ; elle est a presque inutilisée maintenant.

> haut

sérigraphie

procédé d’impression à plat plus récent que la lithographie, il est simple à mettre en oeuvre ; il est aussi utilisé comme media spécifique de création, ou à faire des transferts sur des supports variés (bois, verre, tissu...) ; il sert aux reproductions nombreuses mais de qualité ou faire des livres d’artistes.
L’image est créée ou reproduite (autrefois par pochoir ou gouache, maintenant par flashage d’une photo ou d’une image informatique) à travers un écran de soie (qui est à l’origine du mot) maintenant de nylon, à raison d’un écran par couleur, que des aplats d’encre obturent selon l’image.

> haut > en savoir plus

tempera

désigne uniquement le procédé de détrempe à l’œuf : on dit "à tempera" ; c’est donc une couleur délayée à l’eau additionnée d’un liant à base d’œuf ou de colle ; procédé médiéval toujours utilisé

> haut > en savoir plus

transferts

 

plusieurs moyens sont utilisés, par exemple :
> Seurat pour ses dessins double-faces transparents et flous, couvre une 1ère feuille encrée par une 2è feuille translucide ; par la pression du crayon qui dessine, il y a transfert de l’encre sur le dos de cette 2è feuille ; cela accentue la ligne et y apporte un aléa, du flou et des petits parasites (voir l’image)

> haut

vitraux

la création d’un vitrail traditionnel comprend toujours les mêmes étapes : maquette, calque, tracé des motifs, découpe ou calibrage, peinture ou coloration (la grisaille est une peinture délayable comprenant un oxyde métallique), traitement, coupe, cuisson, sertissage ou montage, pose.
Les contemporains utilisent des techniques variées : inclusion de matières, traitements du verre, assemblage par collage, etc.

> haut

xylographie

procédé d’estampe à partir d’une pièce plate de bois qui est creusée par brûlure, au moyen d’un fer chaud soit directement en creusant des sillons (ce qui créer un master négatif), soit à l’épargne c’est-à-dire autour du motif (ce qui créer un master positif) ; peu utilisé actuellement.
Cette dénomination concerne aussi la technique d’impression par planche de bois supportant l’image gravée

> haut

> à suivre...

 

 

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

les offres de Noël des Atamanes

 

un tableau ?
un souvenir qui reste à vie !

un choix à petits prix

 

 ? qui sont les Atamanes ?


 

redécouverte d’un bel artiste disparu

Jacques Reverchon maître en gravures et aquarelles, disparu a 40 ans... son magnifique travail dormait...

découvrez-le a la galerie du Vert-Galant du 1er au 16 décembre ; prix très abordables

téléchargez le communiqué


 un cadeau arty pour les fêtes ?

 

original, inattendu, abordable
et... clâââsse !

voici des idées accessibles


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :